Le roman féministe à la fin de l’ère victorienne

Vient de paraître:

https://classiques-garnier.com/le-courage-de-deplaire-le-roman-feministe-a-la-fin-de-l-ere-victorienne.html

Nathalie Saudo-Welby, Le Courage de déplaire: le roman féministe à la fin de l’ère victorienne, Paris: Classiques Garnier, Collection Masculin/Féminin dans l’Europe moderne, n° 21, 2019, 415 p. ISBN 978-2-406-08583-6, Broché, 36 €.

À la fin du XIXe siècle, avec le développement des revendications féministes, l’opinion publique britannique s’alarme de l’apparition d’un type moderne : la « Nouvelle Femme ». Démonstrative et rebelle, celle-ci réclame une vie émancipée des normes sociales et libérée des lois dites naturelles. Devenue une cible satirique dans la presse, la Nouvelle Femme fait l’objet dans les années 1890 d’un véritable engouement littéraire. Cet ouvrage explique le contexte dans lequel un sous-genre romanesque s’est construit autour d’elle et examine les messages féministes et antiféministes qui s’y entremêlent. On y entendra s’élever la voix de femmes qui, brisant le poids du silence et surmontant leur crainte de déplaire, ont écrit haut et fort.

Sommaire

Introduction
Combats et réalisations des féministes britanniques à la fin du XIXe siècle
Poétique du roman de la Nouvelle Femme
Didactisme et stratégies narratives
Les discours enchevêtrés
La Femme dégénérée
Voix féminines
La Femme dévoyée
Troubles dans le genre
Conclusion


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.