Thinking Through Time and History in Feminism

Registration is now open for the Birkbeck Institute for Social Research Colloquium Thinking Through Time and History in Feminism

BISR Colloquium: Thinking Through Time and History in Feminism
Friday 23rd March 9am-7.30pm.
Birkbeck College, 30 Russell Sq, Room 101.
£20 Standard rate/£15 concessionary rate (includes coffee/tea, lunch, and wine reception)
Keynote Speakers: Rebecca Coleman (Sociology, Lancaster University) & Lynne Segal (Psychosocial Studies, Birkbeck)

There has been an emergent call within the field of gender and feminist studies to consider themes that might be broadly situated under the umbrella term of “temporality”. Nostalgic and apocalyptic narratives of feminism abound in both popular culture and academic writing, with feminism’s death or out-datedness being the dominant narrative. Countering these narratives is crucially about unravelling the logic that makes them viable as well as interrupting their production. Explorations of alternative narratives have productively emerged from work in the field of collective and personal memory, new technologies as they impact feminist organising, and creative activism and archival practices. There is a continued political need to explore alternative mechanisms of telling feminist time, alternative relationships to be forged with the recent and historical past and alternative means for considering how feminism might forge a future for itself both in and out of the academy.
This colloquium aims to provide the opportunity for an interdisciplinary, creative and exploratory approach to time and history in feminism.

Organisers: Carly Guest and Sam McBean – contact them at bisrcolloquium2012

La Contribution des femmes à l’avènement de la science moderne en Angleterre

Séminaire franco-britannique d’histoire
Université Paris IV-Sorbonne, en partenariat avec l’Institute of Historical Research (University of London) et le Groupe d’histoire intellectuelle (Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis)

Jeudi 23 février à 17h30 : Sandrine Parageau (Paris Ouest-Nanterre), autour de son livre Les Ruses de l’ignorance. La Contribution des femmes à l’avènement de la science moderne en Angleterre (Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2010)
Discutante : Claire Crignon (Paris IV)
Maison de la Recherche de l’université Paris IV-Sorbonne (28 rue Serpente, Paris 6e), salle D421

Résumé : Dans l’Angleterre patriarcale du XVIIe siècle, les femmes n’ont pas accès à l’institution enseignante. Certaines se consacrent néanmoins à l’étude, en particulier à la philosophie de la nature, qui s’attache à proposer une nouvelle explication des phénomènes naturels dans le contexte d’une remise en cause de l’aristotélisme. Ces femmes, qui écrivent et publient des traités philosophiques à l’époque moderne, sont souvent des aristocrates qui parviennent à acquérir une solide érudition et une maîtrise des concepts de leur époque grâce à leur participation à la sociabilité savante dans la République des Lettres. Sans transgresser ouvertement les principes patriarcaux, elles mettent en œuvre des ruses qui leur permettent de participer aux échanges intellectuels – cercles et correspondances – et de se construire un savoir. Il s’agit donc d’autodidactes dont les écrits portent la trace des modalités de leur accès au savoir, bien plus que du genre. Face au succès des philosophies mécanistes, ces femmes semblent proposer plus volontiers des doctrines vitalistes, dans lesquelles la nature est présentée comme un ensemble animé d’un principe vital qui garantit l’harmonie. La pensée analogique encore prégnante dans la seconde moitié du XVIIe siècle les conduit en effet à rechercher une doctrine philosophique qui soit à la fois l’expression et la garantie de l’ordre naturel, reflet de l’ordre social et politique retrouvé.
La recherche présentée ici s’attache à exhumer les traités philosophiques de ces femmes et à montrer comment ils ont pu contribuer à l’avènement de la science moderne. Il s’agit enfin, grâce à l’étude de ces auteurs mineurs, de participer à l’effort de réévaluation de la « Révolution scientifique » entamé il y a quelques années.

Programme : http://calenda.revues.org/nouvelle20954.html (attention : la séance du 22 mars avec Terry Wyke est annulée)
Le séminaire est ouvert aux étudiants de Master et doctorat, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées. Le texte de la communication est disponible sur simple demande. Les enregistrements des communications sont ensuite disponibles sur le site de l’Institute of Historical Research : https://historyspot.org.uk/podcasts/franco-british-history-external

H-Net reviews

Reviewed for H-Soz-u-Kult by Jutta Schwarzkopf (en allemand)
Burnette, Joyce.
Gender, Work and Wages in Industrial Revolution Britain. Cambridge: Cambridge University Press, 2011. 390 S. $50.00, ISBN 978-0-521-31228-8. 
http://www.h-net.msu.edu/reviews/showrev.php?id=35344

Reviewed for H-Law by Joel E. Black
Frederickson, Mary E. Looking South: Race, Gender, and the Transformation of Labor from Reconstruction to Globalization. Gainesville: University Press of Florida, 2011. 320 pp. $69.95, ISBN 978-0-8130-3603-8.
http://www.h-net.msu.edu/reviews/showrev.php?id=34042

Reviewed for H-SHEAR by Corey Brooks
Robertson, Stacey M.  Hearts Beating for Liberty: Women Abolitionists in the Old Northwest. Chapel Hill: University of North Carolina Press, 2010. xiv + 303 pp. $39.95, ISBN 978-0-8078-3408-4.
http://www.h-net.msu.edu/reviews/showrev.php?id=34084

Reviewed for H-Education by Liberty Sproat
Spence, Jean; Aiston, Sarah Jane; Meikle, Maureen M., eds. Women, Education, and Agency, 1600-2000. Routledge Research in Gender and History Series. New York: Routledge, 2009. 280 pp.
http://www.h-net.msu.edu/reviews/showrev.php?id=34441 $39.95, ISBN 978-0-415-88836-3.

Reviewed for H-Albion by Susie L. Steinbach.
Gleadle, Kathryn. Borderline Citizens: Women, Gender and Political Culture in Britain, 1815-1867. Oxford: Oxford University Press, 2009. viii + 321 pp. $110.00 (cloth), ISBN 978-0-19-726449-2.

Recensement genre : colloque le 8 mars 2012

 Le CNRS organise un colloque suite au recensement mené l’an dernier :

“Les recherches genre, un défi au-delà de la parité – Recensement, bilan et perspectives”, le 8 mars 2012 au siège du CNRS à Paris.
Ce colloque de restitution des premiers résultats du recensement est organisé autour de quatre axes :
  • “Le recensement national des recherche sur le genre et/ ou les femmes : résultats de l’analyse”, par Sibylle Schweier
  • “Les thématiques innovantes de la jeune recherche”, avec Michèle Riot-Sarcey, Rose-Marie Lagrave et Lola Gonzalez-Quijano et Aurélie Chrestian
  • “Le genre dans les sciences naturelles et expérimentales, une émergence à conforter”, avec Françoise Moos, Isabelle Dussauge, Anelis Kaiser et Ineke Klinge
  • “Quelles formes institutionnelles des recherches genre ?” avec Annie Junter, Delphine Gardey, Harriet Silius et Claire Moses
Informations et inscriptions (obligatoires) sur www.cnrs.fr/mission-femmes

Ecole doctorale d’été 2012 – Atelier genre Condorcet

Appel à candidatures
« Approches de genre : des concepts aux méthodes »
DATE LIMITE POUR L’ENVOI DES CANDIDATURES : 30 mars 2012.
Modalités de participation
L’Ecole Doctorale d’Eté Genre de Condorcet (EGC 2012) est une formation intensive de trois jours pour les doctorant‐e‐s souhaitant approfondir leur connaissance des théories et méthodes de recherche mobilisables pour les études de genre, en s’inscrivant dans une démarche pluridisciplinaire. Elle s’adresse aux doctorant‐e‐s en sciences humaines et sociales inscrits à l’université. 20 places sont disponibles dont la moitié est réservée aux étudiant‐e‐s inscrit‐e‐s dans les établissements partenaires du Campus Condorcet (EHESS, Ined, Université Paris 1 et Université Paris 8). EGC 2012 est ouverte à tou‐te‐s les doctorant‐e‐s. Les frais de déplacement et d’hébergement seront pris en charge par les organisateurs.
Les séances seront organisées autour de contributions de chercheur‐e‐s et d’enseignant‐e‐s des établissements partenaires du campus Condorcet. Les doctorant‐e‐s participant seront sollicité‐e‐s pour présenter l’état des lieux de leurs recherches et leurs questionnements. Les doctorant‐e‐s intéressé‐e‐s peuvent faire acte de candidature par l’envoi d’un résumé de leurs travaux de 350 mots, d’un CV ainsi qu’une lettre de motivation à l’adresse suivante :
Ecole Genre Condorcet / IDUP, Paris 1, 90 rue de Tolbiac, 75013 Paris (voie postale)
et armelle.andro(a)univparis1.fr (voie électronique)
Date limite de l’envoi des dossiers : 30 mars 2012
Sélection des dossiers par le comité de coordination scientifique dans le courant du mois d’avril.
Plus de détails en cliquant ici

CFP : Genre/genres (Gender/Genres)

Appel à communications
Colloque « Genre/genres » (Gender/Genres) organisé par TIES/Imager
Créteil, les 16 et 17 novembre 2012
 

Le colloque Genre/genres (Gender/Genres) se propose d’articuler la question de l’identité à la croisée du genre sexuel et des genres littéraires. Etymologiquement en effet, le terme genus recouvre deux acceptions : celle de l’origine et celle de la catégorie. Genus sert à désigner ce qui sépare, divise, identifie, circonscrit. Paradoxalement, le genre ne semble pas pouvoir se passer de l’autre pour se définir, l’identité ne pas pouvoir se penser hors d’une division inaugurale. Historiquement, les sujets comme les textes se sont définis par le biais de catégories : on distingue les hommes et les femmes, la tragédie et la comédie, la poésie et le roman. La question de l’identité que recèle le genre peut conduire à l’interrogation sur la valeur, le jugement et la hiérarchisation des catégories sexuelles et/ou génériques. La question de l’altérité qui est au cœur de la problématique du genre est inséparable de la menace que représente l’autre. Le genre implique une logique de lutte entre les genres dans la mesure où tout genre est porteur d’une prétention à l’emporter, à réduire les autres en sous-genres. Ainsi le « mauvais genre » signe la logique d’exclusion à l’œuvre dans tout genre. La contrainte et la norme sont toutefois conditions de possibilité. En effet, le genre n’est pas seulement constitué après coup, mais il sert aussi de modèle aux productions futures : il a donc une fonction créatrice. Entre performativité et travestissement, cette fonction créatrice du genre se met en œuvre, réaffirmant le genre et les genres tout en remettant sans cesse en cause leur légitimité et leur pertinence.
La littérature entendue au sens d’écriture brouille, bouscule et affole les catégories qu’elles soient sexuelles ou littéraires, répand la différence dans le genre. Des catégories que l’on tient pour atemporelles s’avèrent dès lors susceptibles de variations historiques, de renversements, d’élaborations multiples et discontinues.
La littérature a tenté et tente toujours de déconstruire le genre littéraire. Dans le même esprit, en anglais, le terme gender a cette force déconstructrice qui met en question. En effet, les théoriciens du genre ont employé ce mot pour l’opposer à “sexe” ou “identité sexuelle” et, ainsi, questionner les effets sociaux, linguistiques et historiques qui avaient induit l’idée d’une norme.
Les communications abordant les sujets les plus variés allant de la linguistique à l’histoire des idées en passant par la théorie des genres et le commentaire d’œuvres, quel que soit le siècle, sont les bienvenues, à condition qu’elles interrogent conjointement les notions de différence des sexes et de genres littéraires. Une publication des contributions est prévue, après sélection par un comité de lecture.
Les communications se feront en français ou en anglais. Les propositions sont à envoyer avant le 15 mai 2012 à Isabelle Alfandary (isabelle.alfandary(a)free.fr) et Vincent Broqua (vincentbroqua(a)gmail.com)

FAAAM : Femmes Auteurs Anglo-AMéricaines

Programme séminaire FAAM 2011-2012

Les séminaires se tiendront de 14h à 17h à salle V210. Université Paris X (Nanterre)

On s’intéressera comme l’année précédente aux thèmes du genre et de son inscription dans l’espace en se concentrant sur les problématiques du territoire et de la géographie. La réflexion se portera alors sur des thèmes aussi larges que la nature, avec l’écoféminisme, l’appropriation de l’espace dans un contexte postcolonial, et plus généralement les représentations genrées des conflits liés au territoire et au quadrillage de l’espace dans le champ cinématographique et littéraire.

- 6 janvier : Corinne Bigot présentera l’ouvrage de Shelley Saguaro, Garden Plots: The Politics And Poetics of Gardens, London, Ashgate Publishing, 2006.
- 10 février : Marie-Claude Perrin-Chenour présentera l’ouvrage de Terry Gifford, Pastoral, London, Routledge, 1999 ; et Alice Braun présentera l’ouvrage de Val Plumwood, Environmental Culture: The Ecological Crisis of Reason, London, Routlege, 2002.
- 16 mars : Séance consacrée à l’œuvre de Rosi Braidotti. Kate Averis présentera l’ouvrage Nomadic Subjects: Embodiment and Sexual Difference in Contemporary Feminist Theory , New York, Columbia University Press, 1983 ; Géraldine Gourbe présentera l’ouvrage intitulé Transpositions: of Nomadic Ethics, Cambridge, Polity Press, 2006.
- 4 mai : Sandrine Parageau présentera l’ouvrage de Carolyn Merchant, The Death of Nature: Women, Ecology and the Scientific Revolution, San Francisco, HarperCollins, 1980 ; Lauren Elkin présentera l’ouvrage de Rebecca Solnit, Storming the Gates of Paradise: Landscape for Politics, Berkeley and Los Angeles, University of California Press, 2007. 
- 8 juin : Helen E. Mundler présentera l’ouvrage de Shierry Weber Nicholsen, The Love of Nature and the End of the World : The Unspoken Dimensions of Environmental Concerns, Cambridge Massachusetts, The MIT Press, 2002 ; Fiona McCann présentera un ouvrage dont le titre sera précisé ultérieurement.

Lancement des Causeries Présidentielles

Dans le cadre de la campagne présidentielle, plusieurs initiatives sont lancées par des associations féministes afin de mettre l’égalité entre les femmes et les hommes au cœur du débat politique et pour inciter les candidat-e-s à la fonction présidentielle à s’engager en faveur de mesures concrètes.
De février à avril 2012, le Centre Hubertine Auclert invitera chaque semaine dans ses locaux une association ou un collectif à venir présenter son initiative et à débattre de ses propositions en présence d’une personnalité politique.
 
La Causerie d’inauguration le 13 février prochain :
Association invitée : Association FIT – Une femme, un toit
Grand témoin : Marie-Georges Buffet

Horaire et Lieu : de 18h à 20h au Centre Hubertine Auclert – 7, impasse milord 75018 Paris

Nombre de places limité – Inscription obligatoire
 

CFP deadline looming: Gendering the history of charity and voluntary effort

DEADLINE: THIS FRIDAY, 3 FEBRUARY 2012
Gendering the history of charity and voluntary effort
A workshop for postgraduate and early-career researchers
University of Huddersfield, 9 March 2012
 
From medieval and early modern elite understandings of charitable virtue to industrial cultures of mutual aid or contemporary understandings of community engagement, gender has been critically implicated in the history of voluntary action whether through the lens of experience, performance or social systems.
 
This one day workshop for postgraduates and early career researchers is the first of the VAHS New Researchers workshops in 2012 and is supported by funding from the Economic History Society. The workshop will explore how gender was figured in voluntary activity at the levels of individual men’s and women’s lives and senses of self, the social structures and cultural means through which it was sustained, and its cultural legacies. We welcome papers which address these themes across all historical periods and places, and in terms of both men’s and women’s histories. We particularly encourage paper proposals that consider methodological and conceptual issues.
 
Possible themes could include, but are no means limited to: 
The role of family and social networks in building voluntary projects and genealogies
Gendered spaces and politics of voluntary action
Strategies of self- and public-framing in voluntary effort
Cultural and gendered legacies of charitable and philanthropic engagement
Gender, the body and charity
Race, class and gender in charitable and voluntary projects
 
The workshop will end with an open discussion led by Daniel Weinbren (Open University) and Jo Laycock (University of Manchester) at which all attendees are invited to share and discuss issues raised
throughout the day and within their own research.
 

Download the Call for Papers from
http://www.vahs.org.uk/wp-content/uploads/2011/02/VAHS-CFP-Huddersfield-Final.pdf