CFP: Homosexualités et résistances en Grande-Bretagne

Journée d’étude : Homosexualités et résistances en Grande-Bretagne

Co-organisée par John Mullen (Université de Rouen) et Florence Binard (Université Paris Diderot)

Lieu : Université Paris Diderot

Le lundi 18 mars 2019

L’objet de cette JE sera d’étudier, dans une perspective historique, comment se sont construites les résistances aux stigmatisations sociales et aux politiques à l’encontre des homosexuel-les en Grande-Bretagne depuis la fin du dix-neuvième siècle.

Un intérêt particulier sera porté à la diversité des lieux de résistance (partis politiques, syndicats, associations etc.), aux multiples moyens employés par les acteurs/trices de ces luttes (articles, essais, manifestations, lobbying, ouvrages de fiction, chansons etc.) ainsi qu’aux différents points de vue – parfois contradictoires, voire antagonistes – des défenseur-e-s de la « cause homosexuelle ». Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’environ 150 mots, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer au plus tard le 5 novembre à Florence Binard : florence.binard@eila.univ-paris-diderot.fr et à John Mullen : john.mullen@univ-rouen.fr.

CFP: « ‘Good girls go to heaven, bad girls go everywhere!’

JE GRER/SAGEF, Université Paris Diderot

Bâtiment Olympe de Gouges, salle 720, vendredi 29 mars

« ‘Good girls go to heaven, bad girls go everywhere!’

Féminisme, multiculturalisme et luttes contre les intégrismes religieux »

Si l’origine exacte de l’expression « good girls go to heaven, bad girls go everywhere! » est incertaine, tantôt attribuée à l’actrice et scénariste américaine Mae West tantôt à la rédactrice en chef du magazine Cosmopolitan, Helen Gurvey Brown, elle a été reprise comme slogan par les féministes qui dénoncent la double norme sexuelle imposée aux femmes par les religions. 

Aujourd’hui quels que soient les intégrismes religieux (catholique, protestant, islamique, juif, hindouiste, bouddhiste, orthodoxe etc.) ils partagent tous la volonté de maîtriser le corps et la sexualité des femmes dont l’existence aurait, selon eux, pour but unique la maternité.

À une époque où l’influence des intégrismes religieux sur les politiques d’État semble gagner du terrain (recul sur les lois avortement aux États-Unis, en Pologne ; tribunaux de la Sharia en Grande-Bretagne, etc.), l’objet de cette journée d’étude sera d’interroger les articulations entre féminisme,antiféminisme et multiculturalisme d’État. Les propositions de communication (environ 200 mots, accompagnées d’une mini bio-bibliographie),  sont à envoyer à Florence Binard : florence.binard@eila.univ-paris-diderot.fr avant le 15 novembre 2018.

ESSE Gender Studies Network – Board statement in support of colleagues in Hungary and Turkey

ESSE Gender Studies Network, ESSE General Assembly, Brno 2018.

In its meeting the Gender Studies Network discussed the threatening situation our colleagues in Hungary and Turkey are facing and, we would like to express our solidarity with them.

We wholeheartedly support the ESSE board’s statement and we would like to propose that the Board express their solidarity in a concrete gesture. For example by creating a slot dedicated to European, interdisciplinary gender studies in the doctoral symposium, ESSE would demonstrate their commitment to gender studies and academic freedom at a time that has become increasingly hostile to both.

We would also invite our colleagues from the organising committee in Lyon to further endorse this effort by inviting the first interdisciplinary plenary speaker from the field of Gender Studies in over a decade.

Finally, we would like to express our gratitude to Liliane Louvel and the board for enabling the development Gender Studies Network within ESSE.