CFP: WOMEN’S RESISTANCE TO FEMINISM(S) IN THE US SINCE THE 19TH CENTURY

“The frivolous objections some women made to our appeals were as
exasperating as they were ridiculous”

Elizabeth Cady Stanton, Eighty Years and More

From the 1911 National Association Opposed to Woman Suffrage to Phyllis
Schlafly’s “STOP-ERA” campaign in the 1980s and governor Kay
Ivey’s recent signing into law of House Bill 314 criminalizing
abortion in Alabama, women have played a prominent role in opposing
feminism in the US. Yet these visible forms of anti feminism are but the
tips of a much larger iceberg of women’s resistance to feminism that
this two-day conference, organized by the “Women and the F-Word”
team (https://wfw.hypotheses.org), proposes to explore.

The notion of women’s resistance to feminism includes—but is not
reduced to—organized antifeminism, a countermovement which has been
the object of pioneering work (A. Dworkin, _ Right Wing Women_, 1983, T.
Jablonsky, _ The Home, Heaven, and Mother Party_, 1994, S. Marshall, _
Splintered Sisterhood_, 1997). Resistance is understood as a broad set
of negative reactions experienced and/or expressed by women or groups of
women when they are faced with self-styled feminist behaviors, ideas or
actions. As feminism is conceived as a flexible and evolving ideology,
which the plural “feminisms” more adequately reflects, the modes and
mechanisms of resistance will be examined from a diachronic and
dialogical perspective that always takes into account the particular
historical moment.

This interdisciplinary conference means to bring together contributions
shedding light on the specific features of women’s resistance to
feminisms in the United States since the 19th century.

Papers addressing the following issues will be welcome:

  • -How did/do women perceive the first women’s rights advocates?
  • What precise term initially triggers resistance?: Rights? Suffragism? Feminism? Modern/Radical feminism? White? Elite? Abortion? Etc..
  • How do women (de)construct their own (non) feminism through those terms?
  • What sort of discourses/actions did/do they produce or perform and how did/do they spread them?
  • How did/do women evolve from a position of “feminist” to “anti“ or “non feminist”?
  • How did/do they (re)negotiate their identification to womanhood?
  • How important are the binaries feminism/femininity, feminism/individualism ?
  • How does intersectionality shape resistance and how, in turn, does resistance strengthen intersectional identities?
  • How did/do women contest the boundaries of mainstream feminism?
  • How does globalization affect the mechanisms of resistance?
  • Are there cases of transnational resistance?
  • How has resistance evolved over the centuries? (persistence and
  • change)
  • How does women’s resistance impact feminism?
  • Can indifference be considered a form of resistance?

Please send a 300- word abstract and a brief bio to : claire.sorin@univ-amu.fr,  marc.calvini-lefebvre@univ-amu.fr and
nicolas.boileau@univ-amu.fr

DEADLINE: October 15, 2019.

PLACE AND DATE OF THE CONFERENCE: APRIL 3-4 2020

Aix-Marseille University, 29 avenue Robert Schuman, 13621 Aix-en-Provence, France

KEYNOTE ADDRESS : Dr Ronnee Schreiber (San Diego State University),
author of _Righting Feminism: Conservative Women and American Polit_ics
(OUP, 2008)

Ressources en ligne : Genre et Europe & Musea

Pour les britannicistes plus que les américanistes, l’Encyclopédie en ligne pour une histoire de l’Europe (EHNE) possède de nombreuses notices relatives au genre, mobilisables notamment comme ressources pédagogiques mais aussi sur le plan de la recherche.

Par ailleurs, le site Musea propose un musée virtuel sur l’histoire des femmes et du genre et compte de nombreuses expositions sur des thématiques et périodes chronologiques variées.

Bonne lecture et bonnes visites virtuelles !

CFP: Feminism, law and citizenship

Appel à communications Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris, 24-26 juin 2020

Colloque international organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de Reading, en partenariat avec le Gender, Law and Society Working Group du Research Committee for the Sociology of Law (RCSL).

La citoyenneté a trait au statut de citoyen·ne et aux droits, devoirs et privilèges y afférant. Ainsi, la citoyenneté encadre les relations entre les particuliers et l’Etat dans lequels vivent ces dernier·e·s. Sans surprise, la question du rapport entre féminisme, droit et citoyenneté s’appuie sur la théorie féministe du droit, qui postule la centralité du droit dans la subordination historique des femmes.

Lorsque la Révolution française promulgua l’idée alors pionnière du suffrage « universel » en 1789, les femmes en étaient exclues et le furent jusqu’en 1944, en dépit du combat mené par des militantes des droits des femmes. Celles-ci réagirent immédiatement à la publication de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen avec la publication, en France, de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (Olympe de Gouges, 1791) et celle, en Angleterre, de la Défense des droits de la femme (Mary Wollestonecraft, 1792). L’exemple du droit de vote, bien connu, n’illustre qu’une des multiples facettes de ce rapport triangulaire, qui connaît de fortes variations en fonction des contextes historiques et géo-politiques dans lesquels on peut l’étudier.

Si les femmes ont désormais obtenu ce droit dans l’immense majorité des pays, le rapport entre genre, droit et citoyenneté revêt également une importance primordiale en matière de droit à la propriété, droits reproductifs, protection contre les discriminations – y compris intersectionnelles –, etc. Lorsque l’Irlande se prononça par référendum en mai 2018 pour le retrait de l’interdiction d’avorter qui figurait dans la Constitution, la députée Clare Daly souligna dans l’enceinte du parlement irlandais que c’était la relation entre les femmes et la société qui se transformait, en écho à l’une des réactions à la dépénalisation de l’avortement dans l’Etat de Victoria (Australie) : « C’est avec cette décision que nous accédons à une citoyenneté pleine et entière ».

Ce colloque international se propose ainsi d’explorer les enjeux contemporains ayant partie liée au féminisme, au droit et à la citoyenneté et sollicite des communications portant notamment, mais non exclusivement, sur les thèmes suivants :

  • Activisme féministe
  • Démocratie et montée des populismes
  • Droits des femmes
  • Droits reproductifs et justice reproductive
  • Egalité femmes-hommes
  • Genre et sexualité
  • Intersectionnalité

Le colloque s’adresse à la fois aux universitaires, chercheurs et professionnels travaillant en particulier dans les champs disciplinaires suivants : droit, philosophie, histoire, sociologie, études sur le genre, science politique, civilisation. Les langues de travail seront le français et l’anglais.

Les propositions, d’environ 300 mots, sont à envoyer d’ici le 30 septembre 2019, accompagnés d’une brève note biographique, à :

Alexandrine Guyard-Nedelec (pour les propositions en français) : alexandrine.guyard-nedelec@univ-paris1.fr Rosemary Auchmuty (pour les propositions en anglais) : r.auchmuty@reading.ac.uk

Click here for the bilingual call for papers (pdf document): CFP-Feminism law citizenship-Paris FR+ENG

CFP: LES FEMMES AMÉRICAINES ENTRE FÉMINISATION DU POLITIQUE ET POLITISATION DE L’INTIME

L’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux Etats-Unis en 2017 et
l’année suivante, l’élection de Jaïr Bolsonaro au Brésil, qui
assument l’un et l’autre des discours ouvertement misogynes et
anti-LGBTQI+ ont suscité d’innombrables commentaires. Ainsi,
l’Amérique du nord et l’Amérique latine, souvent pensées comme
des espaces politiques, culturels et économiques distincts, ont
dernièrement fait l’objet de questionnements communs qu’il nous
semble nécessaire d’explorer au-delà de l’arrivée au pouvoir de
forces politiques réactionnaires. Ce numéro de la revue
pluridisciplinaire _Textes & Contextes_ se propose donc d’examiner la
politisation des femmes américaines sous l’angle de la vie privée
depuis le début du XXe siècle.

Les femmes n’ont jamais autant occupé de charges électives en
Amérique que de nos jours. En Amérique latine, la décennie qui
s’achève a été marquée par la féminisation des parlements et par
l’élection à la tête de leurs pays respectifs de plusieurs femmes.
En Amérique du Nord, la féminisation du monde politique progresse
également. En effet, le 116e congrès des États-Unis, élu en 2018,
compte une proportion inédite de femmes parmi lesquelles un nombre
significatif de femmes aux profils économiques, sociaux et culturels
diversifiés. Quant au Canada, depuis l’élection de Justin
Trudeau en 2015, il est dirigé par un gouvernement paritaire intégrant
de nombreuses femmes issues des minorités également.

Si l’arrivée dans l’arène politique de femmes dont le capital
social diffère des élites traditionnelles est récente, elle l’est
moins dès lors que l’on s’intéresse à des formes de mobilisation
qui échappent au jeu électoral. La participation de femmes de toutes
origines aux grands événements politiques qui ont structuré
l’histoire du continent (conflits coloniaux, indépendances, guerre de
sécession) est attestée historiquement et démontre leur engagement
dans les processus d’élaboration des projets nationaux. Or l’accès
à la sphère publique n’est pas neutre et n’échappe pas aux normes
de genre : la construction de l’Etat moderne et les théories du
contrat social ont exclu les femmes du politique pour les reléguer à
la sphère privée. La seule manière pour elles d’accéder à
la sphère publique, et plus encore à l’espace politique, était
d’assumer un rôle fondé sur une construction univoque de
l’identité féminine autour de la maternité et de faire
allégeance à des normes masculines tant dans leur vie privée que dans
leurs pratiques politiques. Alors que toutes formes de relations
interpersonnelles présentent des enjeux de pouvoir, depuis les années
1960, les mouvements féministes proclament que le « personnel est
politique ». Elles ont ainsi pointé du doigt les innombrables
inégalités induites par la séparation des sphères publiques et
privées et par leur hiérarchisation. L’existence même d’un
espace privé est remise en question puisque celui-ci n’échappe pas
au contrôle politique qui impose, même dans l’intimité, des normes
et des identités de genre aux individus.

Avec des chronologies propres à chaque pays, des organisations de
femmes s’unissant pour revendiquer de nouveaux droits sont apparues
tout au long du XXème siècle. Les premières regroupaient des femmes
appartenant, la plupart du temps, aux élites blanches, mais, peu à
peu, d’autres discours sont parvenus à s’imposer dans le champ des
féminismes. Le _black feminism _apparait aux États-Unis à la fin des
années 1960 en réaction au sexisme au sein des mouvements associés au
_Black Power_ et aux lacunes d’un mouvement féministe alors
majoritairement blanc qui laissait de côté les
Africaines-Américaines. Il ouvre la voie au développement de
réflexions autour du concept d’intersectionnalité qui trouvent
aujourd’hui leur prolongement d’une part, dans un courant théorique
comme le féminisme décolonial latino-américains porté par les
écrits de Rita Segato, María Lugones ou encore Ochy Curiel et
d’autre part, dans des applications concrètes, comme le _feminismo
comunitario_ bolivien ou le mouvement des femmes zapatistes au
Mexique.

Ces derniers temps, on assiste, sur le continent américain, à une
résurgence de mouvements sociaux féminins de grande ampleur
dénonçant les violences fondées sur le genre ainsi que la
difficulté, pour les victimes, de parler et d’être entendues en
raison des normes culturelles, sociales et économiques qui maintiennent
les femmes dans une position d’infériorité et alimentent ainsi
l’impunité et la reproduction de ces violences. Depuis 2015,
plusieurs pays en Amérique latine ont connu une vague de mobilisation
sans précédent des femmes contre les violences sexuelles et
domestiques et pour la conquête du droit à l’avortement. Né en
Argentine à la suite d’un féminicide, le mouvement _#Niunamenos _a
rapidement essaimé en Bolivie, au Brésil, en Colombie, au Chili, en
Équateur, au Mexique, au Paraguay, au Pérou, en Uruguay et au
Venezuela où les femmes et les minorités sexuelles se sont dressées
pour dénoncer les multiples formes de violences qui leur étaient
infligées et l’indifférence des pouvoirs publics. Depuis
_#Vivasnosqueremos_ et _#NoEstamosSolas _sont aussi apparus. Initié aux
Etats-Unis en 2017, _#MeToo_ a donné une voix à celles qui ont subi
harcèlement, agressions sexuelles et viols. Tous ces mouvements se
caractérisent par leur volonté de penser comme une expérience
collective les différentes violences subies de manière individuelle
pour mettre en lumière les entrelacs de la culture patriarcale et la
dimension systémique de l’oppression exercée à l’encontre des
femmes et des minorités sexuelles. Ils ont acquis une dimension
internationale grâce aux Nouvelles Technologies de l’Information et
de la Communication (NTIC) qui ont facilité l’émergence de réseaux
transnationaux de solidarités et leur ont donné une visibilité.

Si la relation entre intime et identités politiques se donne à
voir dans les slogans et les discours militants, elle peut également se
lire dans des sources moins exposées ou négligées sur la base de
critères genrés, c’est-à-dire considérées comme moins
importantes politiquement ou encore moins fondées scientifiquement
parce que rapportées au « féminin ». Du journal intime à
l’autobiographie en passant par la correspondance et les publications
sur les réseaux sociaux, de nombreux ego-documents revêtent une
dimension politique dans leur évocation de l’intimité et des
conflits entre identités vécues et normes de genre imposées. Ce
numéro 15.2 de la revue _Textes & Contextes_ à paraître en novembre
2020, souhaite donc mobiliser des recherches variées appartenant au
champ des sciences humaines et sociales ou des lettres qui explorent les
liens et les heurts entre intimités et identités politiques ainsi que
l’appropriation de ces deux concepts par les femmes
latino-américaines et/ou nord-américaines depuis le début du XXe
siècle.

Les résumés des propositions d’articles compteront entre 300 et 500
mots et seront accompagnés d’un titre provisoire et de 5 à 6
mots-clés ainsi que d’une courte notice biographique. Il devront
parvenir avant le 15 septembre 2019 aux coordinateurs de ce numéro,
Christen Bryson, Elodie Gamache, Olivier Maheo et Anne-Claire
Sanz-Gavillon, à cette adresse : femmesameriques@gmail.com

Les auteur·es seront notifié·e·s de l’acceptation ou du refus de
leur proposition au plus tard le 30 octobre 2019. Il est à noter que
l’acceptation lors de cette première phase de sélection
n’entrainera pas automatiquement la publication de l’article.

Les articles rédigés en français, anglais ou espagnol (de 10000 mots
maximum) devront être envoyés à la même adresse avant le 15
février, pour que ceux-ci soient soumis à une double relecture
d’experts dont le résultat conditionnera la publication finale, avec
ou sans modifications préalables.

Pour les appels en espagnol et en anglais, visitez notre
annonce sur Fabula.

Les normes de mise en page et de structuration du texte sont
consultables à l’adresse suivante :
https://preo.u-bourgogne.fr/textesetcontextes/index.php?id=1719