CFP: WOMEN’S RESISTANCE TO FEMINISM(S) IN THE US SINCE THE 19TH CENTURY

“The frivolous objections some women made to our appeals were as
exasperating as they were ridiculous”

Elizabeth Cady Stanton, Eighty Years and More

From the 1911 National Association Opposed to Woman Suffrage to Phyllis
Schlafly’s “STOP-ERA” campaign in the 1980s and governor Kay
Ivey’s recent signing into law of House Bill 314 criminalizing
abortion in Alabama, women have played a prominent role in opposing
feminism in the US. Yet these visible forms of anti feminism are but the
tips of a much larger iceberg of women’s resistance to feminism that
this two-day conference, organized by the “Women and the F-Word”
team (https://wfw.hypotheses.org), proposes to explore.

The notion of women’s resistance to feminism includes—but is not
reduced to—organized antifeminism, a countermovement which has been
the object of pioneering work (A. Dworkin, _ Right Wing Women_, 1983, T.
Jablonsky, _ The Home, Heaven, and Mother Party_, 1994, S. Marshall, _
Splintered Sisterhood_, 1997). Resistance is understood as a broad set
of negative reactions experienced and/or expressed by women or groups of
women when they are faced with self-styled feminist behaviors, ideas or
actions. As feminism is conceived as a flexible and evolving ideology,
which the plural “feminisms” more adequately reflects, the modes and
mechanisms of resistance will be examined from a diachronic and
dialogical perspective that always takes into account the particular
historical moment.

This interdisciplinary conference means to bring together contributions
shedding light on the specific features of women’s resistance to
feminisms in the United States since the 19th century.

Papers addressing the following issues will be welcome:

  • -How did/do women perceive the first women’s rights advocates?
  • What precise term initially triggers resistance?: Rights? Suffragism? Feminism? Modern/Radical feminism? White? Elite? Abortion? Etc..
  • How do women (de)construct their own (non) feminism through those terms?
  • What sort of discourses/actions did/do they produce or perform and how did/do they spread them?
  • How did/do women evolve from a position of “feminist” to “anti“ or “non feminist”?
  • How did/do they (re)negotiate their identification to womanhood?
  • How important are the binaries feminism/femininity, feminism/individualism ?
  • How does intersectionality shape resistance and how, in turn, does resistance strengthen intersectional identities?
  • How did/do women contest the boundaries of mainstream feminism?
  • How does globalization affect the mechanisms of resistance?
  • Are there cases of transnational resistance?
  • How has resistance evolved over the centuries? (persistence and
  • change)
  • How does women’s resistance impact feminism?
  • Can indifference be considered a form of resistance?

Please send a 300- word abstract and a brief bio to : claire.sorin@univ-amu.fr,  marc.calvini-lefebvre@univ-amu.fr and
nicolas.boileau@univ-amu.fr

DEADLINE: October 15, 2019.

PLACE AND DATE OF THE CONFERENCE: APRIL 3-4 2020

Aix-Marseille University, 29 avenue Robert Schuman, 13621 Aix-en-Provence, France

KEYNOTE ADDRESS : Dr Ronnee Schreiber (San Diego State University),
author of _Righting Feminism: Conservative Women and American Polit_ics
(OUP, 2008)

Ressources en ligne : Genre et Europe & Musea

Pour les britannicistes plus que les américanistes, l’Encyclopédie en ligne pour une histoire de l’Europe (EHNE) possède de nombreuses notices relatives au genre, mobilisables notamment comme ressources pédagogiques mais aussi sur le plan de la recherche.

Par ailleurs, le site Musea propose un musée virtuel sur l’histoire des femmes et du genre et compte de nombreuses expositions sur des thématiques et périodes chronologiques variées.

Bonne lecture et bonnes visites virtuelles !

CFP: Feminism, law and citizenship

Appel à communications Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris, 24-26 juin 2020

Colloque international organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de Reading, en partenariat avec le Gender, Law and Society Working Group du Research Committee for the Sociology of Law (RCSL).

La citoyenneté a trait au statut de citoyen·ne et aux droits, devoirs et privilèges y afférant. Ainsi, la citoyenneté encadre les relations entre les particuliers et l’Etat dans lequels vivent ces dernier·e·s. Sans surprise, la question du rapport entre féminisme, droit et citoyenneté s’appuie sur la théorie féministe du droit, qui postule la centralité du droit dans la subordination historique des femmes.

Lorsque la Révolution française promulgua l’idée alors pionnière du suffrage « universel » en 1789, les femmes en étaient exclues et le furent jusqu’en 1944, en dépit du combat mené par des militantes des droits des femmes. Celles-ci réagirent immédiatement à la publication de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen avec la publication, en France, de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (Olympe de Gouges, 1791) et celle, en Angleterre, de la Défense des droits de la femme (Mary Wollestonecraft, 1792). L’exemple du droit de vote, bien connu, n’illustre qu’une des multiples facettes de ce rapport triangulaire, qui connaît de fortes variations en fonction des contextes historiques et géo-politiques dans lesquels on peut l’étudier.

Si les femmes ont désormais obtenu ce droit dans l’immense majorité des pays, le rapport entre genre, droit et citoyenneté revêt également une importance primordiale en matière de droit à la propriété, droits reproductifs, protection contre les discriminations – y compris intersectionnelles –, etc. Lorsque l’Irlande se prononça par référendum en mai 2018 pour le retrait de l’interdiction d’avorter qui figurait dans la Constitution, la députée Clare Daly souligna dans l’enceinte du parlement irlandais que c’était la relation entre les femmes et la société qui se transformait, en écho à l’une des réactions à la dépénalisation de l’avortement dans l’Etat de Victoria (Australie) : « C’est avec cette décision que nous accédons à une citoyenneté pleine et entière ».

Ce colloque international se propose ainsi d’explorer les enjeux contemporains ayant partie liée au féminisme, au droit et à la citoyenneté et sollicite des communications portant notamment, mais non exclusivement, sur les thèmes suivants :

  • Activisme féministe
  • Démocratie et montée des populismes
  • Droits des femmes
  • Droits reproductifs et justice reproductive
  • Egalité femmes-hommes
  • Genre et sexualité
  • Intersectionnalité

Le colloque s’adresse à la fois aux universitaires, chercheurs et professionnels travaillant en particulier dans les champs disciplinaires suivants : droit, philosophie, histoire, sociologie, études sur le genre, science politique, civilisation. Les langues de travail seront le français et l’anglais.

Les propositions, d’environ 300 mots, sont à envoyer d’ici le 30 septembre 2019, accompagnés d’une brève note biographique, à :

Alexandrine Guyard-Nedelec (pour les propositions en français) : alexandrine.guyard-nedelec@univ-paris1.fr Rosemary Auchmuty (pour les propositions en anglais) : r.auchmuty@reading.ac.uk

Click here for the bilingual call for papers (pdf document): CFP-Feminism law citizenship-Paris FR+ENG

CFP: LES FEMMES AMÉRICAINES ENTRE FÉMINISATION DU POLITIQUE ET POLITISATION DE L’INTIME

L’arrivée au pouvoir de Donald Trump aux Etats-Unis en 2017 et
l’année suivante, l’élection de Jaïr Bolsonaro au Brésil, qui
assument l’un et l’autre des discours ouvertement misogynes et
anti-LGBTQI+ ont suscité d’innombrables commentaires. Ainsi,
l’Amérique du nord et l’Amérique latine, souvent pensées comme
des espaces politiques, culturels et économiques distincts, ont
dernièrement fait l’objet de questionnements communs qu’il nous
semble nécessaire d’explorer au-delà de l’arrivée au pouvoir de
forces politiques réactionnaires. Ce numéro de la revue
pluridisciplinaire _Textes & Contextes_ se propose donc d’examiner la
politisation des femmes américaines sous l’angle de la vie privée
depuis le début du XXe siècle.

Les femmes n’ont jamais autant occupé de charges électives en
Amérique que de nos jours. En Amérique latine, la décennie qui
s’achève a été marquée par la féminisation des parlements et par
l’élection à la tête de leurs pays respectifs de plusieurs femmes.
En Amérique du Nord, la féminisation du monde politique progresse
également. En effet, le 116e congrès des États-Unis, élu en 2018,
compte une proportion inédite de femmes parmi lesquelles un nombre
significatif de femmes aux profils économiques, sociaux et culturels
diversifiés. Quant au Canada, depuis l’élection de Justin
Trudeau en 2015, il est dirigé par un gouvernement paritaire intégrant
de nombreuses femmes issues des minorités également.

Si l’arrivée dans l’arène politique de femmes dont le capital
social diffère des élites traditionnelles est récente, elle l’est
moins dès lors que l’on s’intéresse à des formes de mobilisation
qui échappent au jeu électoral. La participation de femmes de toutes
origines aux grands événements politiques qui ont structuré
l’histoire du continent (conflits coloniaux, indépendances, guerre de
sécession) est attestée historiquement et démontre leur engagement
dans les processus d’élaboration des projets nationaux. Or l’accès
à la sphère publique n’est pas neutre et n’échappe pas aux normes
de genre : la construction de l’Etat moderne et les théories du
contrat social ont exclu les femmes du politique pour les reléguer à
la sphère privée. La seule manière pour elles d’accéder à
la sphère publique, et plus encore à l’espace politique, était
d’assumer un rôle fondé sur une construction univoque de
l’identité féminine autour de la maternité et de faire
allégeance à des normes masculines tant dans leur vie privée que dans
leurs pratiques politiques. Alors que toutes formes de relations
interpersonnelles présentent des enjeux de pouvoir, depuis les années
1960, les mouvements féministes proclament que le « personnel est
politique ». Elles ont ainsi pointé du doigt les innombrables
inégalités induites par la séparation des sphères publiques et
privées et par leur hiérarchisation. L’existence même d’un
espace privé est remise en question puisque celui-ci n’échappe pas
au contrôle politique qui impose, même dans l’intimité, des normes
et des identités de genre aux individus.

Avec des chronologies propres à chaque pays, des organisations de
femmes s’unissant pour revendiquer de nouveaux droits sont apparues
tout au long du XXème siècle. Les premières regroupaient des femmes
appartenant, la plupart du temps, aux élites blanches, mais, peu à
peu, d’autres discours sont parvenus à s’imposer dans le champ des
féminismes. Le _black feminism _apparait aux États-Unis à la fin des
années 1960 en réaction au sexisme au sein des mouvements associés au
_Black Power_ et aux lacunes d’un mouvement féministe alors
majoritairement blanc qui laissait de côté les
Africaines-Américaines. Il ouvre la voie au développement de
réflexions autour du concept d’intersectionnalité qui trouvent
aujourd’hui leur prolongement d’une part, dans un courant théorique
comme le féminisme décolonial latino-américains porté par les
écrits de Rita Segato, María Lugones ou encore Ochy Curiel et
d’autre part, dans des applications concrètes, comme le _feminismo
comunitario_ bolivien ou le mouvement des femmes zapatistes au
Mexique.

Ces derniers temps, on assiste, sur le continent américain, à une
résurgence de mouvements sociaux féminins de grande ampleur
dénonçant les violences fondées sur le genre ainsi que la
difficulté, pour les victimes, de parler et d’être entendues en
raison des normes culturelles, sociales et économiques qui maintiennent
les femmes dans une position d’infériorité et alimentent ainsi
l’impunité et la reproduction de ces violences. Depuis 2015,
plusieurs pays en Amérique latine ont connu une vague de mobilisation
sans précédent des femmes contre les violences sexuelles et
domestiques et pour la conquête du droit à l’avortement. Né en
Argentine à la suite d’un féminicide, le mouvement _#Niunamenos _a
rapidement essaimé en Bolivie, au Brésil, en Colombie, au Chili, en
Équateur, au Mexique, au Paraguay, au Pérou, en Uruguay et au
Venezuela où les femmes et les minorités sexuelles se sont dressées
pour dénoncer les multiples formes de violences qui leur étaient
infligées et l’indifférence des pouvoirs publics. Depuis
_#Vivasnosqueremos_ et _#NoEstamosSolas _sont aussi apparus. Initié aux
Etats-Unis en 2017, _#MeToo_ a donné une voix à celles qui ont subi
harcèlement, agressions sexuelles et viols. Tous ces mouvements se
caractérisent par leur volonté de penser comme une expérience
collective les différentes violences subies de manière individuelle
pour mettre en lumière les entrelacs de la culture patriarcale et la
dimension systémique de l’oppression exercée à l’encontre des
femmes et des minorités sexuelles. Ils ont acquis une dimension
internationale grâce aux Nouvelles Technologies de l’Information et
de la Communication (NTIC) qui ont facilité l’émergence de réseaux
transnationaux de solidarités et leur ont donné une visibilité.

Si la relation entre intime et identités politiques se donne à
voir dans les slogans et les discours militants, elle peut également se
lire dans des sources moins exposées ou négligées sur la base de
critères genrés, c’est-à-dire considérées comme moins
importantes politiquement ou encore moins fondées scientifiquement
parce que rapportées au « féminin ». Du journal intime à
l’autobiographie en passant par la correspondance et les publications
sur les réseaux sociaux, de nombreux ego-documents revêtent une
dimension politique dans leur évocation de l’intimité et des
conflits entre identités vécues et normes de genre imposées. Ce
numéro 15.2 de la revue _Textes & Contextes_ à paraître en novembre
2020, souhaite donc mobiliser des recherches variées appartenant au
champ des sciences humaines et sociales ou des lettres qui explorent les
liens et les heurts entre intimités et identités politiques ainsi que
l’appropriation de ces deux concepts par les femmes
latino-américaines et/ou nord-américaines depuis le début du XXe
siècle.

Les résumés des propositions d’articles compteront entre 300 et 500
mots et seront accompagnés d’un titre provisoire et de 5 à 6
mots-clés ainsi que d’une courte notice biographique. Il devront
parvenir avant le 15 septembre 2019 aux coordinateurs de ce numéro,
Christen Bryson, Elodie Gamache, Olivier Maheo et Anne-Claire
Sanz-Gavillon, à cette adresse : femmesameriques@gmail.com

Les auteur·es seront notifié·e·s de l’acceptation ou du refus de
leur proposition au plus tard le 30 octobre 2019. Il est à noter que
l’acceptation lors de cette première phase de sélection
n’entrainera pas automatiquement la publication de l’article.

Les articles rédigés en français, anglais ou espagnol (de 10000 mots
maximum) devront être envoyés à la même adresse avant le 15
février, pour que ceux-ci soient soumis à une double relecture
d’experts dont le résultat conditionnera la publication finale, avec
ou sans modifications préalables.

Pour les appels en espagnol et en anglais, visitez notre
annonce sur Fabula.

Les normes de mise en page et de structuration du texte sont
consultables à l’adresse suivante :
https://preo.u-bourgogne.fr/textesetcontextes/index.php?id=1719

Genre et jeux d’échelles : du local au transnational

Lundi 17 et mardi 18 juin 2019 – Salle D035 à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, Paris 6e.

Atelier du Centre d’Histoire du xixe siècle organisé par Fabrice Bensimon, Jeanne Moisand, Clyde Plumauzille et Mathilde Rossigneux-Méheust

https://www.pantheonsorbonne.fr/fileadmin/CRHXIX/Jeanneprogramme.pdf

Lundi 17 juin

9h30 : Introduction

  • 9h45-13h : Imaginaires transnationaux du genre

Présidence : Isabelle Matamoros (Labex EHNE – Sorbonne Université)

Dominique Kalifa (Centre d’histoire du xixe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Les relations genrées dans la rue et les terrasses parisiennes au second XIXe siècle.

Mathieu Marly (Labex EHNE) : Seigneurs et guerriers. Hégémonie et hybridation masculine dans les armées coloniales au Maroc (années 1900-1920)

Teresa Segura-Garcia (Universitat Pompeu Fabra) & Jeanne Moisand (Centre d’histoire du xixe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Consommation et domination sexuelle et raciale : des boîtes à cigare entre La Havane et Londres (années 1860)

11h30 : pause café

Présidence : Hélène Blais (IHMC -Ecole normale supérieure)

Cédric Maurin (Centre d’histoire du xixe siècle, Sorbonne Université) : La loi Roussel du 23 décembre 1874 : contexte international, législation nationale et application locale d’une politique de l’intime

Pauline Mortas (Centre d’histoire du xixe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : De la pharmacie du coin au spécialiste international : stratégies thérapeutiques des individus confrontés à des problèmes sexuels (années 1850-années 1930) 

13h-14h : pause déjeuner

  • 14h-17h15 : Femmes et hommes en mouvement 

Présidence : Rebecca Rogers (Université de Paris)

Catherine Mayeur-Jaouen (Centre d’histoire du xixe siècle, Sorbonne Université) : « Rôles genrés au pèlerinage de Tanta (Egypte) : l’islam local et global à l’heure coloniale et post-coloniale (1863-1969) »

Adelaïde Marine-Goujeon (Centre d’histoire du xixe siècle, Sorbonne Université) : La mobilité des femmes Blanches créoles de la Martinique au XIXe siècle, au cœur des familles en archipel.

Claire-Lise Gaillard (Centre d’histoire du xixe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : L’escroquerie au mariage à l’épreuve du transnational à la fin du XIXe siècle (France – Grande-Bretagne)

15h45 : pause café

Présidence : Caroline Fayolle (Université de Montpellier)

Théo Millot (Centre d’histoire du xixe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Proxénétisme transnational, prostitutions municipales : quand les mobilités renforcent les inégalités de genre

Marie Goupil (Centre d’histoire du xixe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Au-delà des barrières : les tournées de chanteuses réalistes dans et hors de France, 1900-1960

Mardi 18 juin 2019

  • 9h45-12h15 : Réseaux et disciplines transnationales :

Présidence : Romy Sanchez (Lille – CNRS-IRHIS)

Elsa Génard (Centre d’histoire du xixe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) & Mathilde Rossigneux (LARHRA, Lyon 2) : Genre et enfermement des populations, du local au transnational (panorama historiographique)

Albert Garcia-Balañà (Universitat Pompeu Fabra) : Colonial Wars and Enemy Women: Polavieja’s war “on families” in Cuba and the Philippines (1879-1897)

11h : pause café

Présidence : Delphine Diaz (Université de Reims)

Victoria Afanasyeva (Centre d’histoire du xixe siècle – ISOR, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Le développement du mouvement antialcoolique en France et le réseau transnational des femmes militantes (1889-1914)

Inès Anrich (Centre d’histoire du xixe siècle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Les oppositions aux vocations religieuses des femmes : jeux d’échelles et comparaison (France et Espagne, 1830-1910)

12h15-13h30 : pause déjeuner

  • 13h30-16h15 : Genre et travail

Présidence : Nancy Green (CRH-EHESS)

Nassima Mekaoui-Chebout (CRH-EHESS), Clyde Plumauzille (CRM – Sorbonne Université) et Violaine Tisseau (IMAF-Aix – CNRS) : Domesticités : circulations transnationales et impériales (panorama historiographique)

Léa Leboissetier (LARHA – ENS de Lyon / Centre d’histoire du xixe siècle, Sorbonne Université) : Mobilité et genre au prisme des OnionJohnnies, colporteurs bretons en Grande-Bretagne (années 1890 – années 1970)

14h45 : pause café

Présidence : Manuela Martini  (Université Lyon II – Louis Lumière)

Anh-Dao Bui Tran (Centre d’histoire du xixe siècle, Sorbonne Université) : Les ouvriers du Pont Victoria (Montréal) : jeux de pouvoir et virilité

Fabrice Bensimon (Centre d’histoire du xixe siècle, Sorbonne Université) : Le genre de la dentelle à l’épreuve des migrations (France-Grande-Bretagne, 1810-1860)

16h15 : conclusions du colloque

Inscriptions : crhxixe@univ-paris1.fr

CFP: “HOW LONG MUST WOMEN WAIT FOR LIBERTY?” WOMAN SUFFRAGE AND WOMEN’S CITIZENSHIPS IN THE LONG HISTORY OF THE 19TH AMENDMENT

January 8-10, 2020
Université de Lille / Université Paris-Est Marne-la-Vallée

On July 28, 2018, Brent Staples published a New York Times op-ed entitled “How the Suffrage Movement Betrayed Black Women” in which he warned the organizers of the centennial of the 19th amendment against “convey[ing] pernicious messages and perpetuat[ing] historical wrongs” during the commemorations by overlooking both the racist history of the fight for woman suffrage in the United States and the major role that black activists played in it. “The recent uproar over the monuments to white supremacy that dominate public spaces in the South has put civic groups on notice that memorials often convey pernicious messages and perpetuate historical wrongs. Organizers [of the centennial celebrations] need to keep that in mind as they commemorate a movement in which racism clearly played a central role,” he wrote. This article thus encouraged us to see beyond the symbol of the Nineteenth Amendment and the victory narrative associated with it, and recover the complex history in which it is rooted and think about its legacy at a moment when the right to vote in the United States is still being contested, a perspective which the Schlesinger Library and Radcliffe Institute’s project entitled “The Long 19th Amendment” illuminates (https://www.radcliffe.harvard.edu/news/schlesinger-newsletter/long-19th-amendment).
As Alexander Keyssar has shown in The Right to Vote: The Contested History of Democracy in the United States (Basic Books, 2000), the history of the right to vote in the United States is a history of both progress and regression, and woman suffrage is no exception. New Jersey was the only state to enfranchise propertied women in 1776, a decision which Rosemarie Zagarri called “the New Jersey exception” (Revolutionary Backlash: Women and Politics in the Early American Republic, University of Pennsylvania Press, 2008), only to disenfranchise them some 30 years later. Not only were some American women enfranchised at the municipal and state levels before 1920,i but the first woman Representative, Jeannette Rankin, was elected to the U.S. Congress in 1916.
On the other hand, many women remained disenfranchised after the ratification of the 19th amendment, such as black women in the South, Native American women until 1924, and American women married to foreigners, who had been deprived of their citizenship by the Expatriation Act of 1907 and a Supreme Court decision in 1915. Up to this day, voter suppression has prevented women – and men – from exercising their right to vote.
Problematic conceptualizations of citizenship have also shaped the history of woman suffrage. In Civic Ideals: Conflicting Visions of Citizenship in U.S. History (New Haven and London: Yale University Press, 1997), Rogers M. Smith notes that U.S. citizenship has been legally constructed “in terms of illiberal and undemocratic racial, ethnic, and gender hierarchies” (p.1). Dynamics of marginalization have characterized the understanding of US citizenship, outside the woman suffrage movement and within it. Yet women’s social
movements have also explored citizenship in practice, thus giving it new directions and new meanings through their experiences outside the voting booth.

The aim of this conference is to rethink the history of the 19th amendment by reassessing its significance as well as its multifaceted legacy. Individual papers may address, but are not limited to, the following topics:
• The place of suffrage in early feminisms before and after 1920: Was woman suffrage a central demand of the women’s rights movement in the nineteenth and early twentieth century? To what extent was this demand radical or conservative (Ellen Carol DuBois, Lori Ginzberg)? To what extent did the emphasis on the right to vote limit the radicalism of the women’s rights movement by making alliances across race and class difficult if not impossible? Did the exercise of the right to vote remain an important demand of the women’s rights movement after 1920? What were the specificities of women of color’s struggle for the franchise (Rosalind Terborg-Penn)? Were white feminist activists concerned with black disenfranchisement after the ratification of the 19th amendment?ii Is there a female specificity in the phenomenon of voter suppression (Carol Anderson)?
• The place of suffrage in the definitions of women’s citizenships before and after 1920: How was women’s citizenship constructed outside of the right to vote before 1920 (see for instance Linda Kerber’s “Republican Mothers” and Jan Lewis’s “Republican Wives”)? How were women’s economic and political citizenships articulated in the 19th and early 20th century (Lizabeth Cohen, Alice Kessler-Harris, Lara Vapnek) and how did the right to vote help redefine women’s citizenships? What were women’s experiences of the vote before 1920? What were the geographical specificities of woman suffrage and women’s citizenship before and after 1920? Did the debates over the 26th amendment involve gendered arguments?
• The long 19th amendment from a transnational and international perspective: To what extent was the American fight for woman suffrage specific to the United States? What were the international networks that American suffragists benefited from before 1920? What were the international networks women of color participated in when fighting for their right to vote? Did some American women help foreign disenfranchised women after 1920? How was woman suffrage used to feed US imperial designs before and after 1920? How uniquely American is voter suppression?

KEYNOTE SPEAKERS: Martha Jones (Johns Hopkins University). Rogers Smith (University of Pennsylvania).

DEADLINE FOR ALL SUBMISSIONS: May 15, 2019.
Proposals (500 words in English and a short bio) to be sent to: nineteenth1920@gmail.com
(We welcome papers from graduate and doctoral students.)

Proposals will be reviewed by the Conference Committee:
Audrey Célestine, CERAPS, IUF, Université de Lille
Claire Delahaye, LISAA, Université Paris-Est Marne-la-Vallée
Simon Grivet, CECILLE, Université de Lille
Nicolas Martin-Breteau, CECILLE, Université de Lille
Hélène Quanquin, CECILLE, Université de Lille
Fatma Ramdani, CECILLE, Université de Lille

References:
Anderson, Carol. One Person, No Vote: How Voter Suppression Is Destroying Our Democracy. Bloomsbury, 2018.
Cohen, Lizabeth. A Consumers’ Republic: The Politics of Mass Consumption in Postwar America. New York, Alfred A. Knopf, 2003.
DuBois, Ellen Carol, Mari Jo Buhle, Temma Kaplan, Gerda Lerner, et Carroll Smith- Rosenberg. “Politics and Culture in Women’s History: A Symposium.” Feminist Studies, vol. 6, n° 1 (Spring 1980), p. 26-64.
Ginzberg, Lori D. “Re-Viewing the First Wave.” Feminist Studies, vol. 28, n° 2 (Summer 2002), p. 418-434.
Kerber, Linda K. Women of the Republic: Intellect and Ideology in Revolutionary America. Chapel Hill: The University of North Carolina Press, 1980.
Kessler-Harris, Alice. In Pursuit of Equity: Women, Men, and the Quest for Economic Citizenship in 20th century America. Oxford: Oxford University Press, 2001.
Keyssar, Alexander. The Right to Vote: The Contested History of Democracy in the United States. Basic Books, 2000.
Lewis, Jan. “The Republican Wife: Virtue and Seduction in the Early Republic.” The William and Mary Quarterly, Vol. 44, No. 4 (October1987), p. 689-721.
McConnaughy, Corrine M. The Woman Suffrage Movement in America: A Reassessment. New York: Cambridge University Press, 2013.
Smith, Rogers M. Civic Ideals: Conflicting Visions of Citizenship in U.S. History. New Haven and London: Yale University Press, 1997.
Staples, Brent. “How the Suffrage Movement Betrayed Black Women.” New York Times, July 28, 2018.
Terborg-Penn, Rosalind. African American Women in the Struggle for the Vote, 1850 to 1920. Blomington: Indiana University Press, 1998.
Vapnek, Lara. Breadwinners: Working Women and Economic Independence, 1865—1920. Urbana: University of Illinois Press, 2009.
Zagarri, Rosemarie. Revolutionary Backlash: Women and Politics in the Early American Republic. Philadelphia: University of Pennsylvania Press, 2008.
i As Corrine M. McConnaughy asserts, “beneath the surface of the long wait for a federal woman suffrage amendment was a much more dynamic story of the politics of women’s voting rights in the states.” The Woman Suffrage Movement in America: A Reassessment (New York: Cambridge University Press, 2013), p. 2. Before 1920, some states granted women full voting rights, whereas others allowed them to vote on school matters or other local issues, and others enabled them to vote in statewide elections or presidential elections only.
ii The issue of black disenfranchisement was put forward by a delegation of 60 colored women at the February 1921 National Woman’s Party convention. They presented evidence of the violation of the Nineteenth Amendment and asked the National Woman’s Party to support a congressional investigation on the matter, but the organization refused to help them, see Freda Kirchwey, “Alice Paul Pulls the Strings,” The Nation (March 2, 1921), 332–33.

Figures féminines dans la presse radicale

Université Paul-Valéry Montpellier 3, vendredi 12 avril 2019
Journée d’études organisée par les équipes de recherche EMMA (Montpellier 3) et LLACS (Montpellier 3)
En collaboration avec le Centre culturel de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 et le Conservatoire à rayonnement régional de Montpellier Méditerranée métropole

Matinée : campus Saint-Charles, salle 165
09.15 Introduction
Isabelle Felici (Montpellier 3, LLACS) et Marc Lenormand (Montpellier 3, EMMA)
09.30 De l’usage des images
Isabelle Felici (Montpellier 3, LLACS), « De quelques images féminines et masculines dans la presse anarchiste »
Julie Sauvage (Montpellier 3, EMMA), « Spare Rib : individu-e-s et collectif »
11h.00 Pratiques collectives féministes
Marc Lenormand (Montpellier 3, EMMA), « Pratiques collectives et verticalité militante dans Women’s Voice (1972-1982) »
Patrick Farges (Paris 7, ICT), « L’apprentissage du collectif féministe : l’exemple du périodique Courage à Berlin-Ouest »

Après-midi : campus route de Mende, salle C020
14.30 Presse et littérature
Silvan Chabaud (Montpellier 3, LLACS), « Lazarine de Manosque, félibresse rouge »
Giorgio Sacchetti (Roma Tre), « Perspectives libertaires sur l’Europe du XXe siècle : Maria Luisa Berneri (1918-1949), écrivaine et journaliste »
16.00 Presse et émigration
Bénédicte Deschamps (Paris 7, LARCA), « Dans l’ombre des compagnons : le journalisme féminin à l’épreuve des périodiques de gauche italo-américains »
Chiara Giugiaro (Montpellier 3, LLACS), « Giorgia Meloni “frère” d’Italie, entre xénophobie et caricature »
17.15 Conclusions et discussion

19.00 « ELLES » : concert de l’ensemble vocal féminin du conservatoire de Montpellier sous la direction de Caroline Comola, salle de répétition du Théâtre de la Vignette (campus route de Mende, bâtiment H, rez-de-chaussée)

Pour se rendre sur les campus de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 : https://www.univ-montp3.fr/fr/plan-dacc%C3%A8s
Pour toute information concernant cette journée d’études : Marc.Lenormand@univ-montp3.fr

Grâce à elle(s) ? Le rôle des femmes dans la construction du Canada

L’Université Bordeaux Montaigne (équipe d’accueil CLARE, en partenariat avec CLIMAS et le CECIB­ –  Centre d’Études Canadiennes Interuniversitaire de Bordeaux) accueillera le congrès annuel de l’AFEC (Association Française des Etudes Canadiennes) à Bordeaux du 12 au 15 juin 2019 autour du thème “Grâce à elle(s) ?” Le rôle des femmes dans la construction du Canada.”

Une plate-forme a été créée pour les inscriptions, avant le 30 avril 2019 :
https://afec2019.sciencesconf.org/

Vous y trouverez également des informations sur le programme des ateliers et des conférences de nos deux collègues canadiennes invitées cette année :
Lori SAINT-MARTIN (essayiste, nouvelliste, romancière, critique, traductrice canadienne, professeure en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal)
et
Carole GERSON (Professeure de littérature canadienne anglophone à Simon Fraser University, co-éditrice des trois volumes du History of the Book in Canada)

Association Française des Etudes Canadiennes

 

JE Penser le genre dans les études anglophones

Vendredi 5 avril 2019
Université de Lille, Campus Pont-de-Bois, Maison de la Recherche, salle F0.13
Séance organisée dans le cadre du séminaire doctoral transdisciplinaire “Penser le genre” de l’ED SHS

Organisation : Sylvie Cromer (CRDP), Hélène Quanquin (CECILLE), Fatma
Ramdani (CECILLE), et Emmanuelle Santinelli-Foltz (CALISTHE).
Coordination : Guyonne Leduc (CECILLE)

10h-10h15 : Introduction, Guyonne Leduc, Université de Lille, CECILLE, Hélène Quanquin, Université de Lille, CECILLE, Fatma Ramdani, Université de Lille, CECILLE

Session 1 / 10h15-11h35 : Créations artistiques
Laure Nermel, (CECILLE, ED SHS, Université de Lille), « On n’est pas que des muses ! Re-présentation(s) et création artistique au prisme du genre »

Edith Marcq (IRHIS, ED SHS, Université de Lille), « Entre Australie et
Côte d’Opale : des femmes peintres au coeur de l’école d’Etaples »

Pause / 11h35-11h45

Session 2 / 11h45-13h05 : Citoyennetés, travail et intersectionnalité
Jeanne Boiteux (CREW, EDEAGE, Université Sorbonne Nouvelle), « Citoyennetés des femmes et alliances intersectionnelles: Le cas de la Women’s Educational and Industrial Union de Boston (1877-1929) »

Lobna Chebbah (ICT, ED EESC, Université Paris-Diderot), « Les femmes noires et le travail dans Spare Rib et Women’s Voice : une même représentation ? »

Déjeuner / 13h05-14h15

Session 3 / 14h15-16h30 : Femmes et antiféminisme dans le monde anglophone
Claire Sorin (LERMA, Aix-Marseille Université)
Marc Calvini-Lefebvre (LERMA, Aix-Marseille Université)

Conclusion / 16h30-17h

JE Résistance des femmes au féminisme aux Etats-Unis

Journée d’étude sur les résistances des femmes au féminisme aux Etats-Unis, organisée par Claire Sorin (LERMA).

Samedi 23 mars 2019, 9h-16h. Bâtiment multimedia, Salle Colloques 1, Aix-Marseille Université

Hélène Quanquin (Université de Lille) : « Catharine Beecher’s An Essay on Slavery and Abolitionism, with
Reference to the Duty of American Females (1837), or Resisting Women’s Rights in the Age of Abolitionism »
Claire Sorin (AMU) : « A Woman Speaks against Suffrage : The Debate over Women’s Rights in Brother Jonathan, 1843 »
Claire Delahaye (Université Paris Est/Marne la Vallée) : « Challenging White-Centered Feminism: Anna Julia Cooper’s « Woman versus the Indian  »
Cécile Coquet-Mokoko (Université de Tours) : « Black Feminism : a Form of Resistance to Feminism ? »
Annie Kelly (University of East Anglia) : « All Women are like that : the Tricky Performance of Womanhood in the Digital Antifeminist Sphere »

Plus d’infos sur le carnet Hypothèses Women & the F-word

JE “Genre et contreculture”

Dans le cadre de leur séminaire Femmes et engagement, Karine Bergès (Cergy, laboratoire Agora) et Alexandrine Guyard-Nedelec (Paris 1, ISJPS) organisent une journée d’études autour de “Genre et contreculture” le 12 avril 2019.

Elle aura lieu au Centre Panthéon de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, salle 216, de 9h30 à 16h30.

Programme en cliquant sur le lien ci-après : Programme 12 avril-Contre-culture

JE “Good girls go to heaven, bad girls go everywhere!”

Le GRER et la SAGEF organisent le 29 mars prochain leur journée d’études commune annuelle, qui s’intitule « ‘Good girls go to heaven, bad girls go everywhere!’ Féminisme, multiculturalisme et luttes contre les intégrismes religieux ». Elle aura lieu à l’Université Paris Diderot, Bâtiment Olympe de Gouges, salle 720, de 10h30 à 16h30.

Cliquez ci-dessous pour le programme !

Prog JE Good Girls 29 mars 2019

JE Homosexualités et résistances en Grande-Bretagne

Lundi prochain 18 mars, Florence Binard et John Mullen organisent une journée d’études intitulée “Homosexualités et résistances en Grande-Bretagne”, à l’université Paris Diderot, bât. Olympe de Gouges, salle 720, de 9h à 17h30. Cliquez sur le lien pour afficher le programme !

Programme JE homosexualités 18 mars 2019