Programme Atelier SAGEF « Frontières et déplacements » 63ème congrès de la SAES, Nancy 30 mai-1 juin 2024

SESSION 1 : JEUDI 30 MAI 13h30-16h30

Espace et identités genrées : Franchir le binarisme ?

Modératrice : Margaret Gillespie

  • 13h30 Marine OLLIVARY (Université de Caen Normandie) : Au service de sa majesté : Mary Hays et La Défense masculinisée de la reine Caroline dans Memoirs of Queens, une étude comparée des biographies d’Emma de Normandie et Caroline de Brunswick
  • 14h Clara Louise MOURIER (Université de Lille) : Mizora, a Prophecy (Mary E. Bradley Lane, 1880-1881) : entre dénaturalisation et renaturalisation de la “True Womanhood”
  • 14h30 Angelina GIRET (Université Le Havre Normandie) : Au-delà du passage to India : Stratégies multiples des Memsahibs pour sortir de la sphère privée (1835-1919)
  • 15h Cécile MOORE HOPSON (Université de Franche-Comté) : The Frontiers that Remain Post-migration: Perceptions of Beauty and Belonging in Lara, by Bernardine Evaristo
  • 15h30 Julie AGU (Université Aix-Marseille) : La frontière comme métaphore queer dans In Another Place, Not Here de Dionne Brand
  • 16h Michaela COGAN (Université de Franche-Comté) : Tillie Walden Queers the Frontier. Post-Zombie Humanity in Clementine (2023)

SESSION 2 : VENDREDI 31 MAI 9h-10h30

Genre, Circulation, Migration

Modératrice : Julie Agu

  • 9h Tamara BOUSSAC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Genre, migrations et aide sociale dans le XXe siècle américain
  • 9h30 Pierre-Alexandre BEYLIER (Université Grenoble Alpes) : Queer Borders : Une analyse exploratoire de l’impact des frontières nord-américaines sur la communauté LGBTQ+
  • 10h Alexandrine NEDELEC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Le droit à l’avortement face aux frontières britanniques

SESSION 3 : SAMEDI 1 JUIN 9h-10h30

Atelier dédoublé

SESSION 3a : Franchir les frontières : Figures de “pionnières”

Modératrice : Tamara Boussac

  • 9h Mathilde ALAZRAKI (INALCO) : Half of an Anglo-Persian Power Couple: Teresa Sampsonia Sherley’s Visual Performance in her Husband’s Ambassadorial Mission in Early Modern England
  • 9h30 Tony Dex ODOUNGA (Université de Caen Normandie) : L’émigration des femmes dans l’Angleterre victorienne au prisme de l’English Woman’s Journal : Exploration du rôle de Maria Susan Rye et de son réseau d’émigration
  • 10h Ruxandra PAVELCHIEVICI (Université Côte d’Azur) : Crossing the Boundaries of the Campus and Those of the State: Elizabeth Brandeis Raushenbush

SESSION 3b : Genre et modernisme : Session commune SAGEF, SEM, SEW

Modératrice : Amy Wells

  • 9h Valérie FAVRE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Les frontières de l’universel littéraire : Explorer la réception de Virginia Woolf au prisme intersectionnel de la classe, du genre et de la race
  • 9h30 Margaret GILLESPIE (Université de Franche-Comté) : Border Crossing in Jane Bowles’ Two Serious Ladies
  • 10h Kathryn WOODS (University of Bristol) : Queer Mobility and Departure in Willa Carther’s My Antonia

SESSION 4 : SAMEDI 1 JUIN 11h-12h30

Franchir les frontières : Idées et pratiques féministes

Modératrice : Valérie Favre

  • 11h Mebarka KASSAM (Université Sorbonne Paris Nord) : La porosité des frontières françaises et britanniques face aux féminismes islamiques
  • 11h30 Célia ATZENI (Université Paris 1 Panthéon Sorbonne) : Enjeux de la circulation des idées et terminologies féministes de l’échelle nationale à l’échelle transnationale : étude comparative du discours de l’ONU et du discours militant sur la violence envers les femmes en anglais et français
  • 12h Amy WELLS (Université de Caen Normandie) : The Wall vs. The Welcome Blanket: Is Craftivism a Gendered Reaction to United States Immigration Policy?

Les rendez-vous de la SAGEF – 22 mars 2024

La SAGEF vous invite à nous rejoindre sur Zoom le vendredi 22 mars 2024 de 16h à 17h30 pour un rendez-vous « Traduction et genre : Rencontre avec Arielle Burgdorf ». Cet évènement aura lieu en anglais, il est ouvert à toustes.

N’hésitez pas à vous inscrire auprès de l’organisatrice de la séance, Julie Agu

Arielle Burgdorf is a translator, novelist, and PhD student at University of California, Santa Cruz in the Literature department. Their research concerns French-Canadian feminist and queer experimental writing and translation.

https://arielleburgdorf.com/about

Les rendez-vous de la SAGEF – 2 février 2024

La SAGEF vous invite à nous rejoindre sur Zoom le vendredi 2 février 2024 de 16h à 17h30 pour une rencontre avec l’autrice Florence Andoka autour de sa biofiction de la peintre Alice Neel, intitulée Rendre chair.

Au programme : présentation de l’œuvre, lecture d’extraits et échanges avec l’autrice.

N’hésitez pas à vous inscrire auprès de l’organisatrice de la séance, Maggie Gillespie : margaret.gillespie[at]univ-fcomte.fr

Au plaisir de vous y retrouver !

CFP – Atelier SAGEF « Frontières et Déplacements » 63ème congrès de la SAES, Nancy 30 mai-1 juin 2024

La SAGEF organise un atelier dans le cadre du 63e Congrès de la SAES, qui se tiendra à Nancy du 30 mai au 1er juin 2024 et portera sur le thème « Frontières et déplacements ».

Le texte de cadrage général est consultable sur le site du congrès : https://congres2024.saesfrance.org/cadrages/textes-de-cadrage/

La SAGEF recevra avec plaisir des propositions de communication issues des différents champs de l’anglistique portant en priorité, mais non exclusivement, sur les axes suivants :

*Femmes, minorités de genre et de sexualité (personnes queer, trans, non-binaires, gender fluid, gais, lesbiennes, etc) dans l’espace public et/ou dans l’espace privé : porosité et remise en question des sphères

*Femmes, minorités de genre et de sexualité en migration : expériences, récits et représentations de la frontière

*Déplacement géographique, franchissement de frontière(s) et accès à la justice des femmes et des minorités de genre et de sexualité (procréation, avortement, protection contre les violences de genre et sexuelles, droit des personnes LGBTQI+, etc)

*Femmes, minorités de genre et de sexualité en milieu professionnel : le plafond de verre, une frontière invisible ?

*Féminismes et théorie queer à l’échelle locale, nationale et transnationale ; circulation et croisement des idées et terminologies féministes de la première vague aux féminismes queer et intersectionnel et à #MeToo

*Réception, circulation et canonisation d’œuvres de femmes et de minorités de genre et de sexualité à l’échelle nationale et transnationale

*(Re)penser les frontières genrées de la langue et du style : écriture inclusive et pratiques langagières non discriminantes, écriture dite féminine, écriture épicène…

*Performativité du genre, dépassement du binarisme et transition de genre : expériences, récits et représentations des frontières du genre et de leur porosité

Les propositions de communication (maximum 300 mots, en français ou en anglais), accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, sont à envoyer pour le jeudi 30 novembre 2023 à Valérie Favre (valerie.favre@univ-paris1.fr) et Maggie Gillespie (margaret.gillespie@univ-fcomte.fr)

Programme de l’atelier de la SAGEF – Congrès SAES 2023, « Transmission(s) » Université Rennes 2, 1-3 juin

SESSION 1 : JEUDI 1 JUIN 13h30-15h30 salle L144

Modérateur : David HAIGRON

Le matrimoine dans le monde anglophone (I)

  • 13h30 Valérie FAVRE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : In Search of Our Literary and Feminist HERitage: Thinking Back Through Our Mothers / Thinking Our Mothers Through, with Alison Bechdel, Adrienne Rich, and Virginia Woolf
  • 14h00 Julie AGU (University of Galway) : “I don’t believe in being safe or right.” Le cas de Dorothy Allison : passeuse transfuge de récits queer
  • 14h30 Margaret GILLESPIE (Université de Franche-Comté) : After Sappho or the creation of a living lesbian literary heritage
  • 15h00 Michaëla COGAN (Université de Franche-Comté) : Transmedial Twins. Junior High (2023) by Tillie Walden

SESSION 2 : VENDREDI 2 JUIN 9h-11h salle L144

Modératrice : Amy WELLS

Le matrimoine dans le monde anglophone (II)

  • 9h Tamara BOUSSAC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Les droits sociaux comme matrimoine. Retour sur les mères fondatrices du welfare rights movement aux Etats-Unis
  • 9h30 Alexandrine GUYARD-NEDELEC (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : Le matrimoine comme support pédagogique pour l’anglais appliqué aux études sur le genre
  • 10h Marc CALVINI-LEFEBVRE (Aix-Marseille Université) : Mapping the suffrage matrimoine as an exercise in national “transmission of positivity”
  • 10h30 Mariana PUJOL (Université Toulouse 1 Capitole) : Imaginer les origines autrement : l’Amérique dans les personnages féminins dans Hope Leslie (1827), de Catharine Maria Sedgwick

SESSION 3 : SAMEDI 3 JUIN 9h30-10h30 salle L144

Modératrice : Amy WELLS

Atelier action-recherche: Craftivism/craftivisme: la matrice matrimoine

  • 9h30 Présentation des projets :
  • « Child-free by Choice, Cat Mom by choice: Matriarchy Beyond Physical Maternity », Amy WELLS (Université de Caen Normandie)  
  • « HERitage / de fil en aiguille: Needlepoint as Feminist Praxis and Memory », Valérie FAVRE (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • 10h Mini-atelier participatif avec le public

SESSION 4 : SAMEDI 3 JUIN 11h-12h30 salle L144

Assemblée Générale de la SAGEF

Les rendez-vous de la SAGEF

Après un premier rendez-vous de la SAGEF le 8 mars 2023 lors duquel Amy Wells nous a présenté ses travaux sur le craftivisme, la SAGEF vous invite à participer à son premier chapter chat le 5 mai 2023, en ligne. Valérie Favre animera une discussion sur la notion de sororité à partir du texte « La sororité, un a priori féministe » de Camille Froidevaux-Metterie.

CFP – Atelier SAGEF : Congrès SAES « Transmission(s) », 1-3 juin 2023

À l’occasion du prochain congrès de la SAES, qui aura lieu du 1er au 3 juin 2023 à l’Université Rennes 2, l’atelier de la SAGEF accueillera des communications en lien avec le thème « Transmission(s) ». Le texte de cadrage est disponible à l’adresse https://congres2023.saesfrance.org/textes-de-cadrage/

La SAGEF prévoit 3 séances (dont une sous forme de table-ronde), et lance donc un appel à communications:

1)         Table-ronde : Sororités : pratiques et transmissions 

2)         Atelier : Le matrimoine dans le monde anglophone

3)         Atelier action-recherche: « craftivism »

Les propositions de communication, en français ou en anglais, d’une longueur de 250 mots environ, ainsi qu’une courte bio-bibliographie (250 mots maximum), sont à envoyer à tamara.boussac@univ-paris1.fr et  margaret.gillespie@univ-fcomte.fr  avant le 5 décembre 2022.

1)         Table-ronde : Sororités. Pratiques et transmissions

Cette table ronde sera l’occasion de réfléchir à la notion de sororité et à sa pratique et  ses transmissions dans le milieu académique et/ou militant. Les participant.e.s sont invité.e.s à faire circuler leur texte, en français ou en anglais, en amont de la séance, dont le contenu sera rappelé en quelques minutes au début de la table ronde afin de faciliter les échanges.

Les propositions de participation à la table-ronde, à laquelle prendront part certain.e.s des membres du bureau de la SAGEF, seront les bienvenues.

2) Atelier : Le matrimoine dans le monde anglophone

L’héritage, pratique ancestrale permettant la transmission de savoirs et de biens matériels ou culturels est une constante qui traverse les civilisations et contribue à leur enrichissement. Il est souvent question de patrimoine pour faire référence au résultat de pratiques de transmissions intra-familiales (biens légués par les ascendants) ou plus largement sociétales. Bien que le terme « patrimony » existe en anglais pour faire référence au patrimoine dans sens d’héritage culturel, le matrimoine, notion récemment revisitée par la littérature féministe (tout particulièrement en sciences humaines et sociales ainsi que dans le domaine des arts), se traduit difficilement en anglais, le terme « matrimony » étant considéré comme équivalent à « mariage ».

Ainsi se pose la question de la présence du matrimoine dans le monde anglophone, de ses traductions, acceptions et déclinaisons. Comment la question de l’héritage léguée par les femmes à travers les arts et les diverses formes de capital culturel, économique et social se manifeste-t-elle dans le monde anglophone ? Dans quelle mesure le matrimoine est-il (in)visibilisé?

Cet atelier tentera de répondre à ces questions à travers diverses expressions du matrimoine, telles que la dénomination des noms de rues, des statues et autres monuments mettant en valeur la contribution des femmes à la société dans l’espace public, la place des femmes dans les canons littéraires et artistiques. La sphère privée sera également examinée en questionnant par exemple la transmission mère-fille. Nous appelons également des communications sur la question du politique. Comment les structures sociales, les rapports de domination et le patriarcat façonnent-ils le matrimoine en l’annihilant ou au contraire en le célébrant ? Les propositions pourront couvrir l’ensemble des pays, territoires et régions du monde anglophone dans la fiction, le cinéma et les séries, ainsi que dans les structures sociales et politiques.

Les propositions de communication (d’une durée de 20 minutes), en français ou en anglais, d’une longueur de 250 mots environ, ainsi qu’une courte bio-bibliographie (250 mots maximum), sont à envoyer à tamara.boussac@univ-paris1.fr et  margaret.gillespie@univ-fcomte.fr  avant le 5 décembre 2022.

3) Appel à projets pour l’atelier action-recherche “craftivism” : La Matrice Matrimoine

Cet atelier porte sur la création d’un projet de craftivisme qui réunira de multiples interprétations – positives ou non – du matrimoine dans le monde anglophone. En travaillant sur les notions de matriarcat et de matrimoine (terme qui n’a pas d’équivalent en anglais, correspondant aux travaux en cours en français), nous nous intéresserons à la façon dont les organisations sociales, voire familiales, sont menées par des femmes, et aux modes de transmission, d’une génération à l’autre, au féminin, des connaissances, des compétences, des biens matériels, des traits de caractère et des idées politiques.

À titre indicatif, voici quelques exemples des axes de réflexion possibles :

·       Identifier des moments spécifiques de l’histoire contemporaine anglophone où le matriarcat a contribué à « sauver la mise » ;

· Identifier et reconnaître les contributions matriarcales des personnes racisé·es;

·  La critique des comportements et des croyances imposés au sein des communautés féminines et leur transmission d’une génération à l’autre ;

· La citoyenneté au féminin et ses modes de transmission/d’apprentissage ;

· Les matriarcats littéraires et leur impact ;

· Un récit personnel de l’impact du matriarcat sur votre propre vie.

Bien que les femmes pratiquent le craftivisme depuis des siècles, les définitions plus officielles du craftivisme apparaissent vers 2003. Allant au-delà de l’interprétation du craftivisme comme mot valise comportant « craft » et « activism », Betsy Greer (USA) a décrit la pratique comme « une façon de voir la vie où l’expression des opinions par la créativité rend votre voix plus forte, votre compassion plus profonde et votre quête de justice plus infinie ». La définition de Greer relie l’expression d’un avis personnel aux sentiments de compassion et à la valeur de la justice par l’entremise de la créativité. Le craftivisme est un moyen de prise de pouvoir social. 

À l’heure où l’accès à l’avortement est devenu très limité aux États-Unis, il est plus important que jamais de maintenir la transmission du savoir et la solidarité entre les communautés féminines.

Précisions techniques :

·       Les projets soumis sont des carrés (ironique, mais logistiquement pratique) d’un minimum de 15 cm (+ 0,5 cm de marge de couture) et d’un maximum de 25 cm (+ 0,5 de marge de couture).

·       Tous les supports sont les bienvenus : crochet, tricot, broderie, patchwork, peinture, sérigraphie, impression laser sur tissu, photos, vinyle, etc. Il est préférable que le projet soit réalisé sur une base textile, mais le papier est également acceptable, en poids de 180 à 300 grammes.

·       Les participants feront une brève présentation (d’une durée de 5 minutes) de leur carré pendant le panel, et ensuite, nous assemblerons la Matrice Matrimoine.

Propositions de projets :

Toute personne est invitée à soumettre son carré, quel que soit son niveau d’expertise.

Les propositions de projet doivent comprendre 250 mots présentant les enjeux véhiculés par sa création et précisant le média qui sera utilisé, ainsi qu’une courte bio-bibliographie.

Lors des « Rendez-vous SAGEF » à venir, une session en ligne est prévue au mois de mars pour aider à préparer les aspects techniques de cet atelier.

English version :

1)    Round table: Sisterhood 

Coordinated by members of the SAGEF executive committee, this round table aims to reflect upon the notion of sisterhood and its dissemination and practice in academic and / or activist contexts. Participants are invited to circulate their paper prior to the session, though each paper will also be briefly summarized at the beginning of the discussion. We are keen to welcome a wide range of proposals in this new workshop format.

2)    Workshop: Matrimoine in the English-speaking world

The concept of heritage as an ancestral practice whereby knowledge, possessions and cultural capital are passed on down through the generations is a constant across civilisations and enhances their value. ‘Patrimony’ is a term often used to refer to what is passed on within a family group (the estate bequeathed by one’s forebears) or more broadly within the context of society at large. In this sense the meaning of the English term ‘patrimony’ can be said to be very similar to that of patrimoine in French, in that both convey the idea of cultural heritage. However the French term matrimoine —a notion that has recently been revisited in feminist texts from the human and social sciences as well as in the arts—translates rather more awkwardly into English given that ‘matrimony’ is generally considered as synonymous with ‘marriage.’

To what extent then can matrimoine be said to exist in the English-speaking word? How might the term be translated, understood and conceptualized?  How does the notion of a heritage passed down from woman to woman in the arts and the many forms of cultural, economic and social capital find concrete expression? Or rather, should matrimoine be considered a silenced concept, still waiting for a voice?

This workshop will attempt to answer at least some of these questions as it turns its attention to diverse expressions of women’s heritage such as street names, statues and other monuments in the public space celebrating women’s contribution to society, as well as the place of women in literary and artistic canons. Contributions focusing on the public political sphere or the private domestic space (such as the knowledge and practices passed down from mother to daughter for instance) are also equally welcome. How have social structures, power hierarchies and patriarchy succeeded in creating women’s heritage even as they erase it? Have they also actually successfully showcased it?  We invite proposals from all areas of the English-speaking world be they centered on social and political structures or cultural representation (literature and the visual arts).

Proposals (+/- 250 words) for 20-minute papers in English of French, together with a short bio-biblio (250 words max) should be sent to tamara.boussac@univ-paris1.fr and margaret.gillespie@univ-fcomte.fr  by 5 December 2022.

3) Call for Craftivism Project Proposals: Matriarchy Matrix

A participatory, project-based research workshop

This panel will focus on creating a craftivism piece that represents multiple interpretations, celebratory or not, of Matriarchy in the Anglophone world. As we work on ideas of Matriarchy and matrimoine (which has no real equivalent translation in English corresponding to current on-going work in French), we are interested in how social organizations, or even families, are led by women, and how knowledge, skills, material goods, character traits, and political ideas are transmitted from one generation to another.

Potential topics are not limited to but include:

·     Pinpointing specific moments in contemporary history when the Matriarchy contributed to “saving” the day;

·     Identifying and recognizing matriarchal contributions from people of color;

·     Criticism of imposed behaviors and beliefs amongst female communities and their transmission from one generation to another;

·     Women teaching women to be citizens;

·     Literary matriarchies and their impacts;

·     A personal storytelling of the impact of matriarchy on your own life.

Although women have been practicing craftivism for centuries, more official definitions of craftivism appear around 2003. Going beyond the unpacking of craftivism as craft + activism, Betsy Greer (USA) has described the practice as: “A way at looking at life where voicing opinions through creativity makes your voice stronger, your compassion deeper and your quest for justice more infinite.”[1] Greer’s definition binds the tool of the voice with feelings of compassion and the value of justice via creativity. Craftivism is a means of empowerment.

At a time when abortion access has become limited in the United States, it is more important than ever to maintain the transmission of knowledge and solidarity amongst female communities.

Projects Details:

·     Submissions are squares (ironic, but logistically practical) of a minimum 15 cm (+ 0.5 cm of seam allowance) and a maximum of 25 cm (+ 0.5 of seam allowance).

·     Any media is welcome: crochet, knitting, embroidery, quilting, painting, screen printing, laser printing on fabric, photos, vinyl, etc. It is preferable that the project be on a textile base, but paper is acceptable as well, in 180–300-gram weight.

·     Participants will give a brief (5 minute) presentation of their square during the panel, and then, we will assemble the Matriarchy Matrix.

Project Proposals:

Anyone is welcome to submit their square, regardless of level of expertise.

Project proposals should include 250 words explaining the argument of the square and an indication of the media to be used as well as a few sentences reflecting the contributor’s bio.

A SAGEF on-line session is scheduled the month of March to help prepare the technical aspects of this workshop.


[1] Sophie Freeman, “How we define Craftivism”, craftivist-collective.com

Accessed 5/5/2022. https://craftivist-collective.com/blog/2010/06/how-we-define-craftivism-by-sophie-freeman/

Atelier SAGEF au Congrès SAES

La SAGEF tient son atelier habituel à l’occasion du congrès (en ligne) de la SAES 2021. Cliquez ci-dessous pour voir le programme complet sur le site du congrès et télécharger les abstracts et biographies des intervenantes. N’oubliez pas notre AG à 15h !

https://congres2021.saesfrance.org/atelier-25-femmes-sexe-genre-sagef/

Jeudi 3 juin

Présidence : Marc Calvini-Lefebvre (Aix-Marseille Université)

13h30Amy WellsUniversité de Caen NormandieGender Renaissance: DIY approaches to non-binary gender expressions
14hAlexandrine Guyard-NedelecUniversité Paris 1 – Panthéon SorbonneDes naissances sur ordonnance: les césariennes forcées au Royaume-Uni
14h30Auréliane NarvaezUniversité Paris 1 – Panthéon Sorbonne« Grandes prostituées de l’Apocalypse », « lusus naturae » et « prêtresses de Belzebuth »: repenser l’infidélité religieuse au féminin et son incrimination: appropriation, métamorphoses et recompositions de la libre pensée déiste par les militantes féministes aux États-Unis (1820-1900)
15hAG SAGEF  

Vendredi 4 juin

Présidence : Florence Binard (Université Paris Diderot)

9hMargaret GillespieUniversité de Franche-ComtéTawdry and transgressive: the notion of rebirth in Two Serious Ladies by Jane Bowles
9h30Apolline WeibelUniversité Sorbonne Nouvelle – Paris 3Twice Upon a Time: Maternity, Subversion and (Re)birth in Contemporary Fairy Tale Retellings
10hFlorent Da SylvaAix-Marseille UniversitéTeenage-girl characters in American Young Adult literature: between a rebirth of multiculturalism within the genre and the representation of women’s resilience

CFP: Colloque Projet AVISA. Harcèlement sexuel

Écrire l’histoire du harcèlement sexuel sur la longue durée : nommer, dénoncer, représenter, mettre en image ou en musique. Colloque Projet AVISA. 9-10 Décembre 2021

Non sans écho avec le billet précédent, vous trouverez ci-dessous un appel à communication pour un colloque s’inscrivant dans le projet AVISA co-dirigé par Armel Dubois-Nayt de l’université de Versailles-Saint-Quentin (DYPAC) et Réjane Vallée de l’université d’Évry Val d’Essonne (Centre Pierre Naville en collaboration avec le SLAM) avec le soutien de la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Saclay et le parrainage de la SIEFAR et de la SAGEF. Ce projet entend ouvrir le chantier de l’historicisation sur la longue période du phénomène social qualifié aujourd’hui de harcèlement sexuel en mobilisant la littérature, l’histoire, le cinéma, les arts. Pour une présentation générale, voir le site : https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Françoise Héritier s’interrogeait quelque temps avant sa mort sur le moment historique que l’Occident vit sous l’effet de l’affaire Harvey Weinstein, un moment qui semble marquer une rupture de sensibilité sur la question du harcèlement sexuel et qui correspondrait à une libération de la parole des femmes devant les violences qu’elles subissent.

Pour établir la singularité de l’ère post-Weinstein, il apparaît cependant nécessaire de considérer le harcèlement sexuel comme un phénomène historique ayant connu des occurrences antérieures à la post-modernité, une position déjà défendue en 1994 par Carol Bacchi et Jim Jose, qui mettaient en garde contre la tendance à représenter le harcèlement sexuel comme une « découverte » des mouvements féministes actuels (Bacchi & Jose 263). Telle est la dynamique générale du projet AVISA.

Le harcèlement sexuel est ici entendu, hors d’une définition juridique précise en raison d’une recherche sur la longue période et dans plusieurs espaces géographiques, dans un cadre conceptuel qui englobe sa version française et sa version anglophone. Dans ce cadre, le harcèlement sexuel est ici entendu comme le fait d’incommoder quelqu’un :

  • en tenant de manière répétée des propos à caractère sexuel ou en effectuant des gestes à caractère sexuel (lorgnades, sifflements, cris, etc…)
  • en imposant des contacts physiques non désirés (baisers, attouchements, pincements, etc…) constituant une agression. 
  • en faisant des avances sexuelles non désiré

Le harcèlement sexuel peut précéder dans le temps et précède dans la hiérarchie des violences sexuelles la coercition sexuelle ou le viol. Il consiste en des micro-agressions assimilables selon la formule de Mary Bularzik à un « petit viol » puisqu’elles constituent une invasion de la personne par suggestion ou par intimidation en confrontant la victime, de manière plus ou moins frontale, à sa vulnérabilité (Bularzik 118). Le harcèlement sexuel est donc une forme de pression qui vise à déstabiliser une personne pour qu’elle cède et s’abandonne à l’acte sexuel. Il s’agit d’un outil d’emprise mentale qui annihile toute forme possible de consentement et dont l’invisibilité est nourrie par le soupçon récurrent de la fausseté de la résistance féminine. 

L’histoire du harcèlement sous l’angle des représentations implique dans un premier temps de retrouver son existence sémiotique. Il s’agira donc pour nous de reconstituer le lexique du harcèlement sexuel à travers les siècles car les catégorisations contemporaines dans les différents espaces linguistiques couverts sont impropres à saisir la compréhension des actes qui relèvent de ces formes de violence à d’autres époques (Myriam Soria 58). Alain Boureau a souligné la difficulté à trouver un nom à ce délit, à la fois neuf et ancien, entré dans le code pénal en France en 1992 sous le terme de « harcèlement sexuel », une expression qui selon lui ne convient pas car elle est la traduction du sexual harassment anglais et « renvoie à un système métaphorique de l’assaut et de la guerre propre à la version américaine de la common law» (Boureau 9). Il réfute également l’usage métaphorique par la presse à la même époque du terme « droit de cuissage » appliqué au monde de l’entreprise puisque ce droit seigneurial relève de la mythographie en tant que norme juridique de la France médiévale (Boureau 251-253). Cela ne signifie pas pour autant qu’il faille renoncer à reconstituer le lexique sous lequel « le problème diffus, difficile à étiqueter, de l’utilisation masculine du pouvoir social à des fins sexuelles » (Boureau 18) a été signalé et dénoncé. D’autant que les termes « harceler » et « harasser » sont usités pour renvoyer à ce type de violence sexuelle dès le 16ème siècle comme en atteste une idillie de Jean Vauquelin de La Fresnaye dans laquelle une bergère reproche expressément à un chasseur de la « harceler » et de la « harasser » ( Travers 586). La difficulté de dénomination rencontrée par Alain Boureau tient au fait qu’il n’envisage le harcèlement sexuel que dans un contexte de relations sociales de travail, ce qui n’est pas notre cas. 

Dans le cadre de ce premier colloque, il s’agira d’interroger les sources historiques, littéraires, filmiques et artistiques pour :

  • retrouver des victimes passées de ce marqueur de la domination masculine et les rendre à nouveau visibles en s’interrogeant notamment sur la relation de pouvoir – qu’elle soit économique, politique, matérielle ou symbolique – entre l’auteur et la victime ou à l’aune sociale des catégories féminines (vierge, femme mariée, veuve, nonne, femme célibataire).
  •  reconstruire le lexique juridique, littéraire ou ordinaire utilisé selon les époques et selon les lieux, pour qualifier des actes dont il faudra déterminer s’ils étaient licites ou illicites à travers l’analyse des normes littéraires ou sociales et les règles théoriques de la période. Les évolutions lexicales vers des usages linguistiques communs seront des preuves éventuelles que le harcèlement sexuel a pu, à d’autres époques que la période contemporaine, participer à la construction d’une identité de genre dans la mesure où il était imposé à une catégorie sociale qui se reconnaissait implicitement comme telle.
  •  Les analogies animales et les bestiaires formés pour dénoncer ces agissements, à l’instar de la campagne lancée contre le harcèlement dans les transports franciliens – IDF en 2018 qui représentait les auteurs d’agression par des animaux, pourront également faire l’objet de propositions de communication.
  •  De la même manière, les communications confrontant les mots des victimes à ceux de leurs harceleurs se retranchant par exemple derrière l’amour, l’humour, la plaisanterie ou la familiarité, permettront de mieux cerner les raisons éventuelles de l’absence de réaction face à ce type de violences faites aux femmes dans un lieu donné à un moment donné. Les communications faisant entendre les voix de femmes qui ont dénoncé ces actes dans leurs témoignages, leurs correspondances ou leurs œuvres sont également les bienvenues.
  • Nous invitons les communications analysant de scènes de harcèlement sexuel au cinéma ou dans les séries télévisées. On pourra ainsi étudier comment le harcèlement sexuel est représenté, avec quelles images et quels sons. 
  •  Si au cinéma, les viols et agressions sexuelles semblent de prime abord plus spectaculaires et présents, un rapide examen de corpus montre qu’au contraire, le harcèlement sexuel est particulièrement présent, mais particulièrement banalisé, au détour d’une phrase, d’une situation, d’une scène, en étant rarement au cœur du film en question. La fonction comique ou dramatique dans une intrigue ainsi que le parti pris du metteur en scène ou de l’artiste et la réception par le public ou la critique, pourront être des axes d’analyse complémentaires. Il sera aussi possible de se demander si le genre du film, la nationalité, la période, l’équipe de réalisation… ont eu un impact sur la nature de cette représentation, ainsi que le support. Ainsi, le temps long de la série télévisée permet-il de représenter autrement le harcèlement sexuel ? 

Enfin, les contributions en histoire de l’art pourront analyser le système de signification qui structure la composition des œuvres. On pourra s’interroger  sur :

  • la nature de la figuration de ce type de violence sexuelle (érotique, moralisante, misogyne,…) dans la peinture ou le dessin,
  • le rapport de sexe dans ces tableaux ou dessins, 
  • la fonction idéologique du décor susceptible de naturaliser ou au contraire d’urbaniser le harcèlement sexuel mais également de le rattacher à une classe sociale (classes luxueuses et luxurieuses, ou au contraire classes inférieures et immorales … ), 
  • les identifications possibles ou attendues du spectateur au voyeur, au harceleur ou à la victime.

Il s’agira par le biais de ces interventions d’envisager sur le long terme de l’histoire du cinéma, de la télévision et des arts, les croyances et les perceptions autour du harcèlement sexuel qu’ils ont véhiculées ainsi que la manière dont ils ont relayé les idées reçues sur les profils de harceleurs et des victimes.

Les propositions de communication (environ 250 mots) devront être envoyées, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, pour le 15 juin 2021 aux adresses suivantes : armel.dubois-nayt@uvsq.fr et rejane.vallee@univ-evry.fr.

Si les conditions sanitaires l’exigent, le colloque se tiendra les 9 et 10 décembre 2021 dans un format hybridé en présentiel à Versailles et à Évry et en distanciel afin de pouvoir accueillir tous les participant·es. 

Comité scientifique : Mathilde Bombart (Université de Versailles-Saint-Quentin), Susan Baddeley (Université de Versailles-Saint-Quentin) , Line Cottegnies (Sorbonne Université), Brigitte Gauthier (Université d’Évry Val d’Essonne), Marie-Elisabeth Henneau (Université de Liège), Didier Lett (Université de Paris), Caroline Muller (Université de Rennes 2), Guillaume Peureux (Université Paris Nanterre), Anne Rochebouet (Université de Versailles-Saint-Quentin), Sarah Sepulchre (Université catholique de Louvain), Sylvie Steinberg (Ecole des hautes études en sciences sociales).

Comité d’organisation : Armel Dubois-Nayt (Université de Versailles-Saint-Quentin), Louise Piguet (Université Sorbonne Nouvelle), Chloé Tardivel (Université de Paris), Réjane Vallée (Université d’Évry Val d’Essonne).

Bibliographie indicative :

– Carol Bacchi et Jim Jose, « Historicising Sexual Harassment », Women’s History Review, 3.2, 1994, 263-270.

– Carrie N. Baker, The Womens Movement against Sexual Harassment, Cambridge, CUP, 2008.

– Julie Berebitsky, Sex and the Office: a History of Gender, Power, and Desire, New Haven : Yale University Press, 2012.

– Alain Boureau, Le droit de cuissage : la fabrication d’un mythe : (XIIIe-XXe siècle), Paris, Albin Michel, 1995.

– Mary Bularzik, « Sexual harassment in the workplace : Historical notes », 12 Radical America, 25, 28-38 , 1978.

– Aubrey Dillon- Malone, Hollywood’s Second Sex: the Treatment of Women in the Film Industry, 1900-1999, Jefferson, North Carolina : McFarland & Company, Inc., Publishers, 2015.

– Faye E. Dudden, “Serving Women : Household Service in Nineteenth Century America”, 213-219 (1983).

– Stéphanie Gaudillat Cautela, « Questions de mot. Le Viol au XVIe siècle, un crime contre les femmes », Clio HFS, 24, 2006, p. 57-74.

– Annette Lévy-Willard, Chroniques d’une onde de choc= #MeToo secoue la planète, Paris, Éditions de l’Observatoire, 2018.

– Marie-Victoire Louis, Le droit de cuissage : France, 1860-1930, Paris : Éditions de l’Atelier, 1994.

– Catharine A. MacKinnon, Butterfly Politics, Cambridge, Massachusetts : The Belknap Press of Harvard University Press, 2017.

– Hélène Merlin-Kajman, La littérature à l’heure de #Metoo, Paris, les éditions d’Ithaque, 2020.

– Stephen J. Morewitz, Sexual harassment & social change in American society, San Francisco & London, Austin & Winfield, 1996.

– Ruth Roser, The Lost Sisterhood: Prostitution in America, 1900-1918, p. 152-155 (1982).

Kerry Segrave, The sexual harassment of women in the workplace, 1600 to 1993, Jefferson, N.C. ; London : McFarland, c1994.
Id, Beware the Masher : Sexual Harassment in American Public Places, 1880-1930, Jefferson, North Carolina : McFarland & Company, Inc., Publishers, 2014.

– Laura W. Stein, Sexual Harassment in America: a Documentary History, Westport, Conn. ; London ; Greenwood Press, 1999.

– Fed Strebeigh, Equal: Women Reshape American Law, New York, London, W.W. Norton, 2009.

– Julien Travers (ed.), Les diverses poésies de Jean Vauquelin Sieur de la Fresnaie, Caen, F. Le Blanc-Hardel, 1870, Tome 2.

– Judith R. Walkowitz, « Shopping, Street Harassment, and Streetwalking in Late Victorian London », Representations, 62, 1998, p. 1-30.

 ____________________________________________________________________________________

Call for Papers.

Avisa project conference 9-10 December 2021.

Writing the long-term history of sexual harassment: naming, denouncing, representing, picturing and putting to music.

This conference is part of the AVISA project co-directed by Armel Dubois-Nayt from the University of Versailles-Saint-Quentin (DYPAC) and Réjane Vallée from the University of Évry Val d’Essonne (Centre Pierre Naville in partnership with the SLAM research centre) and funded by the MSH-Paris-Saclay with the sponsorship of SIEFAR and SAGEF. This project aims at laying the foundations of the historicization of the social phenomenon known today as sexual harassment by recovering its historical occurrences but also turning to its representations in literature, the visual and performing arts as well as the cinema. For an overview of the project see: https://avisa.huma-num.fr/s/avisa/page/accueil

Shortly before her death, Françoise Héritier reflected on the historical moment that the Western world had been facing in the wake of the Weinstein case. This moment seems to be marking a departure from the way in which sexual harassment has hitherto been perceived while granting women the freedom to speak about the violence they experience.

To establish the historical singularity of the post-Weinstein era, it is however necessary to consider sexual harassment as a historical phenomenon which can be traced back to the Middle Ages. That epistemological stance was adopted as early as 1994 by Carol Bacchi and Jim Jose who cautioned against the tendency to represent sexual harassment as a “discovery” of contemporary feminist movements (Bacchi & Jose 263). This is the overall dynamic of the AVISA project.

As we are collectively working over a long period of time and several geographical areas, sexual harassment is understood here outside a precise legal framework and within a conceptual framework that encompasses its various versions in Europe. It therefore includes acts of unwelcome social behaviour, such as:
– repeatedly making comments or gestures of a sexual nature (eye contact, whistling, shouting, etc…)
– imposing unwanted physical contact (kissing, touching, pinching, etc.)
– making unwanted sexual advances.
Sexual harassment may come before sexual coercion or rape just as it does in the hierarchy of sexual violence. It consists of micro-aggressions, which as Mary Bularzik put it, can be likened to “petty rape” since they represent an invasion of an individual by suggestion or intimidation through a more or less brutal confrontation of the victim with their vulnerability (Bularzik 118). Sexual harassment is therefore a form of pressure aimed at destabilising a person so that they will give in and cave into the sexual act. It is a tool of mental control which annihilates any possible form of consent and which is rendered invisible by the recurring suspicion that women fake resistance.

Studying the history of sexual harassment through the lens of its representations first involves recovering its semiotic existence. In the first instance, this entails reconstituting the vocabulary of sexual harassment and its evolution over the centuries since contemporary categories, in the various linguistic areas covered, are inadequate to grasp how acts that would fall under this qualification of violence in today’s terms were understood and described (Myriam Soria 58) in the past. Alain Boureau has stressed the difficulty of finding a name for this offence, which is both old and new and which entered the French penal code in 1972 under the term harcèlement sexuel, a phrase which, in his opinion, is not appropriate as it is the translation of the English “sexual harassment” which “refers to a metaphorical system of assault and war specific to the American version of the common law” (Boureau 9). He also disapproved of the metaphorical use of droit de cuissage in the business world as he demonstrated that a Lord’s First-night as a legal norm in medieval France was nothing but a myth. This does not mean however that we should give up the idea of reconstructing the vocabulary used to report and denounce “the disseminated problem, difficult to label, which covers the social use of social power by men for sexual purposes” (Boureau 18). All the more so as the terms harceler and harasser were used in French, although very occasionally, to refer to this type of violence as early as the sixteenth century as attested by an Idyll by Jean Vauquelin de La Fresnay in which a shepherdess reproaches a hunter with his behaviour in those terms. The difficulty encountered by Alain Boureau in naming such acts stems from the fact that he considers sexual harassment in an exclusively work context, which is not our focus.

In this session, through historical and literary sources as well as films and works of art, we seek:

  • To recover past victims of this signifier of male domination to make them visible again while addressing the power relations – be they economical, political, material, or symbolical – between the harasser and his victim and/or the social category of the woman involved (maid, wife, widow, nun, spinster).
  • To reconstruct the legal, literary and ordinary vocabulary used in different places and at different times to describe these acts while specifying whether they were lawful or unlawful, authorised or unauthorised on the basis of an analysis of the literary norms, social mores or theoretical rules of the time. The lexical evolution towards a common linguistic usage might be evidence that sexual harassment was not only experienced in an individual life but also that it took part in the construction of a gender identity, since it was linked to a social category that implicitly recognized itself as such.
  • We also invite papers that will study the animal analogies and bestiaries drawn to denounce these acts, such as the one displayed in the campaign against sexual harassment launched by the Ile de France transport association in 2018.
  • To shed light on the reasons that might explain the lack of reaction to this type of violence against women, this may also encompass contributions that will confront the words of the victims to those of their harassers who hide behind love, humour, jokes or familiarity.

We also welcome papers that will comment scenes of sexual harassment in movies or in TV series. This may involve considering how they are shot and represent sexual harassment both in terms of images and sounds. 

Although rape and sexual assault seem at first glance more marked and present in films, a quick examination of the corpus shows that sexual harassment, in contrast, is notably frequent. It is however trivialized, in trite remarks, situations or scenes and is rarely at the heart of a film. The comic or dramatic function in the plot as well as the director’s bias and the way it was received/perceived by the audience and the critics is also of interest to us. Contributions may also consider how the genre of the film, its nationality, period or the director-producer team impact the nature of this representation as well as its format. For instance, can we consider that the long format of the TV series offers the possibility to represent sexual harassment in a different way?

Finally we invite art historians to examine the systems of meaning which structure works of art that deal with sexual harassment. Suggested areas for papers to address include:

  • the nature of the depiction of this type of sexual violence (erotic, edifying, misogynistic… ) in paintings and drawings.
  • the gender relation in those paintings and drawings.
  • The ideological function of the setting which may naturalize or instead urbanise sexual harassment as well as identify it with a social class (luxurious and lecherous, or on the contrary lower and immoral)
  • The possible identification expected from the viewer as a voyeur, the harasser or the victim.

The shared goal of these contributions will be to consider the beliefs about and perceptions of sexual harassment that have been conveyed in the long term by films, television and the arts as well as their role in passing on accepted notions about the profiles of the harasser and the victim.

Please submit an abstract (no longer that 250 words) and short CV to armel.dubois-nayt@uvsq.fr and rejane.vallee@univ-evry.frby June 15th 2021. 

The conference will take place on 9 and 10 December 2021 in Evry and Versailles. The format will depend on sanitary conditions and might be held as a hybrid conference offering onsite and virtual sessions to accomodate all participants.

Scientific committee: Mathilde Bombart (University of Versailles-Saint-Quentin), Susan Baddeley (University of Versailles-Saint-Quentin) , Line Cottegnies (Sorbonne University), Brigitte Gauthier (University of Évry Val d’Essonne), Marie-Elisabeth Henneau (University of Liège), Didier Lett (Paris University), Caroline Muller (University of Rennes 2), Guillaume Peureux (University Paris Nanterre), Anne Rochebouet (University of Versailles-Saint-Quentin), Sarah Sepulchre (Catholic University of Louvain), Sylvie Steinberg (EHESS – The school for Advanced studies in the social sciences).

Organizers: Armel Dubois-Nayt (University of Versailles-Saint-Quentin), Louise Piguet (Sorbonne Nouvelle University, Chloé Tardivel (Paris University), Réjane Vallée (University of Évry Val d’Essonne).

Select bibliography:

– Carol Bacchi et Jim Jose, « Historicising Sexual Harassment », Women’s History Review, 3.2, 1994, 263-270.

– Carrie N. Baker, The Women’s Movement against Sexual Harassment, Cambridge, CUP, 2008.

– Julie Berebitsky, Sex and the Office: a History of Gender, Power, and Desire, New Haven : Yale University Press, 2012.

– Alain Boureau, Le droit de cuissage : la fabrication d’un mythe : (XIIIe-XXe siècle), Paris, Albin Michel, 1995.

– Mary Bularzik, « Sexual harassment in the workplace : Historical notes », 12 Radical America, 25, 28-38 , 1978.

– Aubrey Dillon- Malone, Hollywood’s Second Sex: the Treatment of Women in the Film Industry, 1900-1999, Jefferson, North Carolina : McFarland & Company, Inc., Publishers, 2015.

– Faye E. Dudden, “Serving Women : Household Service in Nineteenth Century America”, 213-219 (1983).

– Stéphanie Gaudillat Cautela, « Questions de mot. Le Viol au XVIe siècle, un crime contre les femmes », Clio HFS, 24, 2006, p. 57-74.

– Annette Lévy-Willard, Chroniques d’une onde de choc= #MeToo secoue la planète, Paris, Éditions de l’Observatoire, 2018.

– Marie-Victoire Louis, Le droit de cuissage : France, 1860-1930, Paris : Éditions de l’Atelier, 1994.

– Catharine A. MacKinnon, Butterfly Politics, Cambridge, Massachusetts : The Belknap Press of Harvard University Press, 2017.

– Hélène Merlin-Kajman, La littérature à l’heure de #Metoo, Paris, les éditions d’Ithaque, 2020.

– Stephen J. Morewitz, Sexual harassment & social change in American society, San Francisco & London, Austin & Winfield, 1996.

– Ruth Roser, The Lost Sisterhood : Prostitution in America, 1900-1918, p. 152-155 (1982).

Kerry Segrave, The sexual harassment of women in the workplace, 1600 to 1993, Jefferson, N.C. ; London : McFarland, c1994.
IdBeware the Masher : Sexual Harassment in American Public Places, 1880-1930, Jefferson, North Carolina : McFarland & Company, Inc., Publishers, 2014.

– Laura W. Stein, Sexual Harassment in America : a Documentary History, Westport, Conn. ; London ; Greenwood Press, 1999.

– Fed Strebeigh, Equal : Women Reshape American Law, New York, London, W.W. Norton, 2009.

– Julien Travers (ed.), Les diverses poésies de Jean Vauquelin Sieur de la Fresnaie, Caen, F. Le Blanc-Hardel, 1870, Tome 2.

– Judith R. Walkowitz, « Shopping, Street Harassment, and Streetwalking in Late Victorian London », Representations, 62, 1998, p. 1-30.

Documentaire “Briser le silence des amphis”

Un collectif d’enseignant·es-chercheur·es et d’étudiant·es, “ECRAN et PAROLE”, s’est créé pour produire un documentaire intitulé “Briser le silence des amphis”et qui mettra en avant des paroles étudiantes sur la question du harcèlement et les VSS à l’université. L’objectif est de proposer un outil qui aide à la prise de parole et de conscience. Le tournage aura lieu en mai/juin et le montage cet été afin qu’il puise être diffusé dès la rentrée dans les universités et via les réseaux sociaux. En plus du documentaire de 30 minutes, il y aura des capsules de quelques minutes sur des thèmes plus spécifiques.

Plus d’infos à partir de ce lien : https://llsh.u-pec.fr/recherche/actualites/documentaire-briser-le-silence-des-amphis

Et le lien vers la cagnotte : https://www.leetchi.com/c/briser-le-silence-des-amphis-5ompdk7l

Attention, il ne reste plus que 3 jours, donc n’hésitez pas à contribuer et/ou à relayer !

Ce que le genre fait aux SHS

Les études anglophones, notamment en civilisation, sont souvent à la croisée de plusieurs disciplines des sciences humaines et sociales, et c’est la raison pour laquelle nous relayons la publication de ce dossier paru dans la revue de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, #1257. Le dossier a été édité par Armelle Andro, Marie Garrau et Alexandrine Guyard-Nedelec.

La couverture du numéro

Vous pourrez le lire en ligne <a rel="noreferrer noopener" href="https://us02web.zoom.us/webinar/register/WN_b96-NDDVTDu8MW1JVuyA4A” target=”_blank”>ici (sur Calameo), ou bien le retrouver sur la page web de la revue.

En plus du dossier, vous y trouverez une infographie sur les violences de genre, un entretien avec Sharon Cowan sur les violences sexuelles dans les universités britanniques, un article sur la série Mrs America, etc.

Féminisme et radicalité dans les Amériques au tournant des XIXe-XXe siècles

Dans la continuité de la publication que nous venons de relayer sur le carnet, nous vous signalons la quatrième séance du séminaire Perspectives Transaméricaines, qui s’intitule “Féminisme et radicalité dans les Amériques au tournant des XIXe-XXe siècles” et qui aura lieu le 2 février 2021 de 17h à 19h – En ligne

Inscriptions en ligne obligatoires

Coordination scientifique et discussion : Lissell Quiroz (CY Cergy Paris Université / Civilisation)

Intervenantes : Jules Falquet (Université de Paris / Sociologie) et Hélène Quanquin (Université de Lille / Civilisation)

Événement Facebook

Depuis 2018, le séminaire mensuel « <a rel="noreferrer noopener" href="http://Perspectives transaméricaines » se propose de confronter les visions de chercheur·es travaillant sur les différents territoires et aires culturelles des Amériques et de la Caraïbe. À chaque séance, deux brèves interventions (10 minutes) sur un même thème et sur différentes régions du continent seront reprises par un·e discutant·e. Ce séminaire se tient désormais en ligne, *de 17h à 19h, le premier mardi de chaque mois.*

Les femmes américaines entre féminisation du politique et politisation de l’intime

Le dossier principal du dernier numéro de la Revue Textes & Contextes s’inscrit pleinement dans les thématiques de recherche chères à la SAGEF et s’intitule Les femmes américaines entre féminisation du politique et politisation de l’intime. Ce dossier est codirigé par Christen Bryson, Elodie Gamache et Olivier Maheo. 

Voici le lien pour y accéder https://preo.u-bourgogne.fr/textesetcontextes/index.php?id=2748 et le sommaire ci-dessous. Bonne lecture !

  • Christen Bryson, Elodie Gamache, Olivier Maheo et Anne-Claire Sanz-Gavillon

Les femmes américaines entre féminisation du politique et politisation de l’intime [Texte intégral]

  • I. Engagements : la défense des intimes convictions du genre ?
    • Amélie Ribieras

Les femmes conservatrices d’Eagle Forum au carrefour d’enjeux contradictoires : engagement militant et discours autour des sphères séparées et de la famille, des années 1970 à nos jours [Texte intégral]

  • Maxime André

« Time to stop praying » : socio-histoire d’une mise en œuvre féminine de la Prohibition aux États-Unis [Texte intégral]

  • II. Une femme américaine actrice : l’identité intime d’une vie publique au fil du temps
    • Mélanie Létocart

Entrevista con Gioconda Belli: Identidades, feminismos y maternidad [Texte intégral]

  • III. L’infrapolitique des femmes : l’écriture de soi, un intime politisé
    • Méliné Kasparian

‘This Unlocked House’: The Intrusion of Politics in Contemporary Chicana Autobiography [Texte intégral]

  • Aurore Turbiau

“Le privé est politique” comme paradoxe littéraire : révolution et intimité chez les Québécoises Louky Bersianik et France Théoret [Texte intégral]

  • Antonia Rigaud

Intimité et éthique du care dans Les Argonautes de Maggie Nelson [Texte intégral]

  • IV. Oppressions patriarcales, étatiques : du stigmate des femmes en politique à l’instrumentalisation des stéréotypes de genre
    • Laura Carpentier-Goffre

« Du père au droit, la conséquence est bonne » : une étude sociologique de la frontière public/privé au prisme des violences faites aux travailleuses domestiques en Bolivie et au Pérou [Texte intégral]

  • Carole Trévise

Occupation des espaces politiques et violence genrée : le cas des USA aujourd’hui [Texte intégral]

  • Luzmara Curcino

La femme qui lit : stéréotypes sexistes dans les représentations de Dilma Rousseff en tant que lectrice dans les médias au Brésil [Texte intégral]

SFBH: Jane Humphries, “History from Underneath: Girls and the Industrial Revolution”

La prochaine séance du Séminaire franco-britannique d’histoire, jeudi 10 décembre à 17h (Zoom), https://sfbh.hypotheses.org/ est susceptible d’intéresser les membres de la Sagef :

Investigations of the effects of industrialisation on young people usually (reflecting the sources available) focus on boys and young men.  Yet historians are suspicious that girls, while relatively disadvantaged in working-class households, still contributed to  ‘the story of Europe’s path to industrial development’ (Maynes et al, 2005, 5) . This paper investigates the position of girls in working-class families using working-class life writing, comparing women’s stories with those of men (Humphries, 2010).  It asks how the expectations and stresses of family life impacted on girls, and whether this left them disadvantaged relative to their brothers in seizing the opportunities and fending off the threats to wellbeing occasioned by economic change.  My comparative review reveals many similarities between boy and girls’ experiences but some important differences.  Girls shared in the dip in age at starting work that earlier work has shown boys experienced in the early nineteenth century, but throughout the period studied, they had less education and narrower job opportunities.  One startling finding concerns the unsettling evidence of girls’ greater vulnerability to sexual predation, which in turn provided constraints on how women lived their lives. Moreover, the gendering of life chances spilled over from the economic to the demographic, for maternity looms over the women’s accounts, a destiny shared with mothers who had faced the same horrors of childbirth without effective medical assistance or analgesics. Girls anticipated the gendered trials and tribulations which their mothers endured and this united them.  

Jane Humphries est professeure retraitée d’histoire économique à l’université d’Oxford. Elle est notamment l’auteure de Childhood and Child Labour in the British Industrial Revolution (Cambridge University Press, 2011). Sur le même sujet, elle a  co-écrit et présenté le documentaire de BBC4, The Children Who Built Victorian Britain (disponible sur YouTube).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search