CFP: Feminism, law and citizenship

Appel à communications Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Paris, 24-26 juin 2020

Colloque international organisé par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et l’Université de Reading, en partenariat avec le Gender, Law and Society Working Group du Research Committee for the Sociology of Law (RCSL).

La citoyenneté a trait au statut de citoyen·ne et aux droits, devoirs et privilèges y afférant. Ainsi, la citoyenneté encadre les relations entre les particuliers et l’Etat dans lequels vivent ces dernier·e·s. Sans surprise, la question du rapport entre féminisme, droit et citoyenneté s’appuie sur la théorie féministe du droit, qui postule la centralité du droit dans la subordination historique des femmes.

Lorsque la Révolution française promulgua l’idée alors pionnière du suffrage « universel » en 1789, les femmes en étaient exclues et le furent jusqu’en 1944, en dépit du combat mené par des militantes des droits des femmes. Celles-ci réagirent immédiatement à la publication de la Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen avec la publication, en France, de la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne (Olympe de Gouges, 1791) et celle, en Angleterre, de la Défense des droits de la femme (Mary Wollestonecraft, 1792). L’exemple du droit de vote, bien connu, n’illustre qu’une des multiples facettes de ce rapport triangulaire, qui connaît de fortes variations en fonction des contextes historiques et géo-politiques dans lesquels on peut l’étudier.

Si les femmes ont désormais obtenu ce droit dans l’immense majorité des pays, le rapport entre genre, droit et citoyenneté revêt également une importance primordiale en matière de droit à la propriété, droits reproductifs, protection contre les discriminations – y compris intersectionnelles –, etc. Lorsque l’Irlande se prononça par référendum en mai 2018 pour le retrait de l’interdiction d’avorter qui figurait dans la Constitution, la députée Clare Daly souligna dans l’enceinte du parlement irlandais que c’était la relation entre les femmes et la société qui se transformait, en écho à l’une des réactions à la dépénalisation de l’avortement dans l’Etat de Victoria (Australie) : « C’est avec cette décision que nous accédons à une citoyenneté pleine et entière ».

Ce colloque international se propose ainsi d’explorer les enjeux contemporains ayant partie liée au féminisme, au droit et à la citoyenneté et sollicite des communications portant notamment, mais non exclusivement, sur les thèmes suivants :

  • Activisme féministe
  • Démocratie et montée des populismes
  • Droits des femmes
  • Droits reproductifs et justice reproductive
  • Egalité femmes-hommes
  • Genre et sexualité
  • Intersectionnalité

Le colloque s’adresse à la fois aux universitaires, chercheurs et professionnels travaillant en particulier dans les champs disciplinaires suivants : droit, philosophie, histoire, sociologie, études sur le genre, science politique, civilisation. Les langues de travail seront le français et l’anglais.

Les propositions, d’environ 300 mots, sont à envoyer d’ici le 30 septembre 2019, accompagnés d’une brève note biographique, à :

Alexandrine Guyard-Nedelec (pour les propositions en français) : alexandrine.guyard-nedelec@univ-paris1.fr Rosemary Auchmuty (pour les propositions en anglais) : r.auchmuty@reading.ac.uk

Click here for the bilingual call for papers (pdf document): CFP-Feminism law citizenship-Paris FR+ENG


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.