CFP: La conception britannique de la citoyenneté: histoire, évolutions, transferts

Appel à communications pour le colloque international « La conception britannique de la citoyenneté : histoire, évolutions, transferts » qui se tiendra à l’Université de Toulouse 2 Le Mirail du 3 au 5 avril 2014.
Ce colloque sera organisé sous l’égide du CRECIB et du laboratoire Cultures Anglo-Saxonnes (EA801), et recevra le concours d’autres sociétés savantes réunissant des spécialistes de civilisation britannique et de French studies, dont la SAGEF. Une sélection des communications présentées lors de ce colloque fera l’objet d’une publication, dans un numéro spécial de la Revue Française de Civilisation Britannique.
Les propositions de communication devront être adressées à Nathalie Duclos (nathalieduclos(at)yahoo.fr) et à Vincent Latour (vincent.latour(at)wanadoo.fr) avant le 31 septembre 2013.
Les organisateurs se tiennent à votre disposition pour tout renseignement supplémentaire.

Appel à communications, « La conception britannique de la citoyenneté : histoire, évolutions, transferts »
Colloque international co-porté par le CRECIB et le laboratoire CAS (EA801),
3-5 avril 2014, Université Toulouse 2 – Le Mirail
VERSION FRANCAISE (please scroll down for the English version)

Le terme, qui provient de l’anglo-normand, perdure pendant tout le Moyen-Age, et désigne le plus souvent l’habitant d’une ville possédant un certain nombre de droits et libertés (il est alors l’équivalent du burgess ou du freeman) ; mais, dès le XIVe siècle, le terme est utilisé pour désigner indifféremment l’habitant d’une ville ou d’un pays tout entier (Wyclif c. 1380, Starkey 1538 etc.). Les XVIIe et XVIIIe siècles apparaissent comme des moments charnières du fait des guerres civiles, qui révèlent que la monarchie n’est plus unanimement considérée comme un fait de nature, puis de la Glorious Revolution, qui met en œuvre des principes élaborés au cours des décennies précédentes : remise en cause de la monarchie de droit divin, apologie du droit de résistance contre un monarque qui prive les sujets de ses libertés et affirmation de la souveraineté du peuple à travers l’avènement d’une monarchie dite constitutionnelle.  La modernité politique, qu’incarne notamment Locke, se définit par ces principes ainsi que par une politique de tolérance. De fait, les dissenters obtiennent en 1689 la liberté de culte mais restent privés de droits civiques jusqu’en 1829. Liberté de culte ne signifie donc pas citoyenneté à part entière. Au XVIIIe siècle, on retrouve le terme de « citoyen » dans les écrits politiques de Hume qui l’emploie volontiers à propos des républiques antiques ou des cités-Etats d’Italie, sa réflexion prenant une dimension universelle (« A too great disproportion among the citizens weakens any state », « A continual succession of wars makes every citizen a soldier »-Essays Moral, Political and Literary, 1752). Par la suite, la Révolution américaine ravive la tradition républicaine et machiavélienne des citoyens-soldats. Citoyenneté et liberté politique vont de pair : les armes sont les moyens de la défendre.  La Révolution française renouvelle et renforce l’emploi du terme en Grande-Bretagne, illustrant ainsi la circulation du vocable et du concept de part et d’autre de la Manche. Au lendemain de 1789, un « citoyen » désigne expressément un membre de la République française. Les « Jacobins britanniques », comme on les appelle, ont deux revendications fondamentales : l’émancipation civique des dissenters et l’élargissement du droit de vote à une plus grande partie de la population, autrement dit l’augmentation du nombre de « citoyens » (abaissement des droits de propriété nécessaires pour être électeurs, suppression des bourgs pourris etc.). Ces revendications seront progressivement satisfaites entre 1832 et 1928, les femmes accédant progressivement au droit de vote entre le milieu de la période victorienne et l’entre-deux-guerres, grâce au talent, notamment, de John Stuart Mill, Millicent Fawcett et aux actions des suffragettes. Aujourd’hui encore, la parité réelle fait figure de chimère de part et d’autre de la Manche. Au-delà de la parité politique, le combat féministe pour que la citoyenneté des femmes puisse être véritablement une citoyenneté active  et à part entière poursuit son cours.
Dans le contexte de l’après-guerre, de la décolonisation et des débuts réels de l’immigration (post) coloniale, les modalités d’accession à la citoyenneté évoluent : accès universaliste à la nationalité et à la citoyenneté  pour les ressortissants du Commonwealth par le biais du British Nationality Act (1948), à contraster avec un accès plus limité des sujets coloniaux français, notamment des Français Musulmans d’Algérie, dans le cadre de l’Union Française puis de la Communauté Française. Aujourd’hui, la question de la « citoyenneté multiculturelle » ne va pas forcément de soi dans un Royaume-Uni où les avancées imputables au multiculturalisme semblent être remises en cause, tandis qu’en France, le droit de vote des étrangers et l’émergence d’une citoyenneté de résidence semblent être en passe, une nouvelle fois, d’être renvoyés aux calendes grecques. Depuis le rapport Cantle (2001), on a assisté à une utilisation inédite de la citoyenneté comme modalité d’intégration des migrants et de leurs descendants outre-Manche, notamment par le biais de la mise en place de dispositifs résultant, pour l’essentiel, du transfert de politiques publiques: citizenship education, citizenship tests, citizenship ceremonies… De même, les défis à l’Etat-nation suscités par le développement de citoyennetés transnationales ou postnationales (citoyennetés diasporiques ; intégration européenne ; développement d’allégeances transnationales) constituent une préoccupation grandissante, pour les gouvernements autant que pour l’opinion. Le lien entre citoyenneté et identité nationale (réflexion sur le concept de Britishness au Royaume-Uni ; débat avorté sur « l’identité nationale » en France) illustre, de part et d’autre de la Manche, les interrogations suscitées par l’intégration des populations issues de l’immigration, que ce soit dans une perspective multiculturaliste ou républicaine, interrogations qui ne sont pas exemptes de récupérations politiques. Les atermoiements relatifs à la compatibilité de certaines croyances religieuses avec la citoyenneté ne sont d’ailleurs pas nouveaux, si l’on se réfère à l’exclusion durable des dissenters, des catholiques et des Juifs des droits civiques, même après leToleration Act de 1689. Enfin, les réformes politiques et constitutionnelles récemment introduites (par exemple la dévolution) ont donné naissance à des conceptions diverses de la citoyenneté (sociale notamment, mais aussi politique) dans les différentes nations qui forment le Royaume-Uni, et selon les partis, mouvements et groupes de pression politiques. Les tentatives d’introduction d’éléments de démocratie participative, de réforme du traditionnel système représentatif et d’accroissement de la responsabilité politique des élus témoignent d’un désir de renouveau de la citoyenneté et de sa signification dans le Royaume-Uni contemporain. Il est aujourd’hui nécessaire d’établir la façon dont les réformes politiques récentes et les pressions pour de nouvelles réformes ont fait évoluer la conception britannique de la citoyenneté.
Les communications pourront porter sur les thèmes suivants :
-Définitions théoriques de la citoyenneté et évolutions historiques de sa signification
-Conceptions britannique et française de la citoyenneté comparées
-Citoyenneté, radicalisme et socialisme
-Citoyenneté, nationalité et identité nationale
-Citoyenneté et intégration sociale, droits sociaux, politiques sociales
-Citoyenneté multiculturelle, conceptions post-coloniales de la citoyenneté
-Genre et citoyenneté
-Citoyennetés postnationales et transnationales ; citoyenneté et UE ; migration et citoyenneté diasporique
-Citoyenneté et croyances religieuses
-Citoyenneté et représentation politique, régimes politiques, institutions et constitutions
-Compatibilité de la citoyenneté et de la monarchie, de la citoyenneté et de la souveraineté parlementaire ; relations entre les concepts de ‘sujet’ et de ‘citoyen’ ; citoyenneté et républicanisme
-Comment les partis/mouvements/clubs/groupes de pression conçoivent ou ont conçu la citoyenneté
-Nouvelles formes d’implication politique et nouveaux mouvements politiques; formes nouvelles ou alternatives de citoyenneté
-L’évolution de la démocratie représentative au Royaume-Uni et ses conséquences sur la conception britannique de la citoyenneté
-Citoyenneté et dévolution, différences dans la façon dont la citoyenneté sociale et la citoyenneté politique sont conçues dans les Iles britanniques ; quelle citoyenneté pour une Ecosse indépendante ?
-Impact de la codification de la loi sur les droits civiques

Comité scientifique :
-Florence Binard (Paris 7)
-Nathalie Duclos (Toulouse 2)
-Myriam-Isabelle Ducrocq (Paris Ouest-Nanterre)
-Vincent Latour (Toulouse 2)
-Michel Prum (Paris 7)
-Jean-Paul Révauger (Bordeaux 3)
Bibliographie indicative 
Deborah Cohler, Citizen, Invert, Queer, Lesbianism and War in Early Twentieth-Century Britain, University of Mineapolis Press, 2010.
Jurgen Habermas, Écrits politiques, Cerf, Paris, 1990.
Thomas Hobbes, De Cive: the Latin Version. Critical Edition by Howard Warrender. Oxford, Oxford University Press, 1983
Thomas Hobbes, Leviathan, Oxford University Press, Incorporated, 1996.
David Hume, Essays Moral, Political and Literary, 1752.
Will Kymlicka, Multicutural citizenship, A Liberal Theory of Minority Rights, Oxford University Press, 1995
T.H. Marshall, Citizenship and Social Class, 1950.
John Stuart Mill, The Subjection of Women, London: Longmans, Green, Reader & Dyer, 1869.

Tariq Modood, Multiculturalism, citizenship and national identity, Open Democracy, 2007. http://www.opendemocracy.net/faith-europe_islam/multiculturalism_4627.jsp

Thomas Paine, A DIALOGUE BETWEEN GENERAL WOLFE AND GENERAL GAGE IN A WOOD NEAR BOSTON.1 -, The Writings of Thomas Paine,Collected and Edited by Moncure Daniel Conway (New York: G.P. Putnam’s Sons, 1894). Vol. 1.

J. Rawls, A Theory of Justice, Oxford University Press, 1972
Dominique Schnapper, Qu’est-ce que la citoyenneté ?, Paris, Folio, 2000.
ENGLISH VERSION
Call for Papers, “The British Conception of Citizenship: History, Changes and Transfers”
International Conference, co-organised by the CRECIB and by research laboratory CAS (EA801),
3-5 April 2014, Toulouse 2 – Le Mirail University, France

‘Citizen’, an Anglo-Norman derivation, was used throughout the Middle Ages; in most cases, it designated city dwellers endowed with certain rights and privileges and was virtually a synonym for ‘burgess’ or ‘freeman’. However, as early as the 14th century, the term came to designate the inhabitant either of a city, or of a country as a whole (cf. Wyclif c. 1380, Starkey 1538 etc.).  Major turning point came with the civil wars of the 17th century, which revealed that the monarchy could no longer be taken for granted, and later on with the Glorious Revolution, which saw the materialisation of political principles that had taken shape in the previous decades: the right to resist a monarch depriving his/her subjects of their liberties and the assertion of the people’s sovereignty through the emergence of a so-called Constitutional monarchy. Political modernity, notably embodied by Locke, came to be defined by such principles, as well as by ‘toleration.’ Yet freedom of worship, which was granted to dissenters in 1689, cannot be equated with full-fledged citizenship, as dissenters remained deprived of civic rights until 1829. In the 18th century, the word ‘citizen’ appeared in the political writings of Hume, who used it extensively in reference to the Republics of Classical Antiquity or to Italian city-states, his reflection acquiring a universal dimension (« A too great disproportion among the citizens weakens any state », « A continual succession of wars makes every citizen a soldier »- Essays Moral, Political and Literary, 1752). Later on, the American Revolution revived the Republican and Machiavellian tradition of citizen-soldiers. Citizenship and political liberties were intertwined, and weapons were the means by which political rights were defended. The French Revolution reinvigorated the term in Britain, thus illustrating the circulation of ‘citizen’ as a word and as a concept across the Channel.  After 1789, a ‘citizen’ explicitly designated a member of the French Republic. The so-called ‘British Jacobins’ had two chief grievances: the civic emancipation of dissenters and a broad extension of the franchise, i.e. an increase in the number of citizens (a lowering of property qualifications to take part in the electoral process; the abolition of ‘rotten boroughs’ etc.). Such demands were to be met between 1832 and 1928, with women being gradually enfranchised between the mid-Victorian period and the interwar years, notably thanks to the talent and persuasion of John Stuart Mill, Millicent Fawcett and the mobilisation of suffragettes. Even today male-female political ‘parity’ is still far from being a reality. Beyond that question, the feminist struggle continues, so that women’s citizenship may become a full-fledged, active one.
In the post-war period, decolonisation and the real beginning of (post) colonial immigration prompted changes in citizenship acquisition. While Britain opted for an open, universalist definition of nationality and citizenship for Commonwealth nationals  (British Nationality Act, 1948), France opted for a much narrower interpretation for its colonial subjects, within the framework of the ‘Union Française’ and later, of the ‘Communauté Française’. Nowadays, the question of ‘multicultural citizenship’ is no longer taken for granted in the UK, where progress achieved through multiculturalism seems to be questioned. Meanwhile in France, the right to vote for non-EU citizens (and therefore, the emergence of citizenship rights for permanent residents) is very likely to be put-off indefinitely. Since the Cantle Report (2001), one has witnessed a novel use of ‘citizenship’ as a mode of incorporation or indeed integration of immigrants and their descendants in Britain, notably through the setting up of measures initially devised abroad (e.g. citizenship education, citizenship tests, citizenship ceremonies). Moreover new challenges to the Nation-State have appeared. They stem notably from the emergence of transnational or postnational forms of citizenship (e.g. diasporic citizenships ; European integration ; development of transnational allegiances etc.). The link between citizenship and national identity (as shown in the on-going debate over ‘Britishness’ in the UK or in the failed attempt to launch a debate over ‘identité nationale’ in France in the later part of the Sarkozy years) illustrates the questions triggered by the integration of ‘minorities’ or ‘populations d’origine immigrée’, whether in a multiculturalist or ‘Republican’ framework. The use of different terms is by itself probably revealing, and has to be addressed. In recent years such questions have frequently given rise to unashamed attempts at political exploitation, both by mainstream and extremist political parties or groups. In both countries prevarications over the compatibility of certain religious beliefs with citizenship are not new if one bears in mind, for example, the long exclusion of dissenters, Roman Catholics and Jews from civic rights, even long after the passing of the Toleration Act (1689). Finally, political and constitutional reforms recently introduced (e.g. devolution) have given birth to diverse conceptions of citizenship (of social citizenship in particular, but also of political citizenship) in the nations that make up the UK, and according to the political parties, movements and pressure groups. Attempts to introduce elements of participatory democracy, to reform the traditional representative system and to increase elected representatives’ accountability arguably testify to a desire to renew the meaning of citizenship in contemporary Britain. The extent to which recent political reforms and pressure for further reform have led to a change in the British conception of citizenship needs to be assessed.
Papers could address the following topics:
-Theoretical definitions and historical changes in the meaning of citizenship
-British vs French conceptions of citizenship
-Citizenship, radicalism and socialism
– Citizenship, nationality and national identity
-Citizenship and social integration, social rights, social policies
-Multicultural citizenship, post-colonial conceptions of citizenship
-Gender and citizenship
-Postnational and transnational citizenship, citizenship and the EU, migration and diasporic citizenship
-Citizenship and religious beliefs
-Citizenship and political representation, citizenship and political regimes, institutions and constitutions
-Compatibility of ‘citizenship’ and ‘monarchy’, of ‘citizenship’ and ‘parliamentary sovereignty’; relationship between the ‘subject’ and ‘citizen’ concepts; citizenship and republicanism
-How parties/movements/clubs/pressure groups conceive citizenship in Britain
-New forms of political involvement and political movements; new or alternative forms of citizenship
-The evolution of representative democracy in Britain and its consequences on the meaning of citizenship
-Citizenship and devolution, differences in the way social and political citizenship is conceived in the British Isles; what citizenship for an independent Scotland?
-Extent to which the codification of law has an impact on civic rights
Scientific Committee
-Florence Binard (Paris 7)
-Nathalie Duclos (Toulouse 2)
-Myriam-Isabelle Ducrocq (Paris Ouest-Nanterre)
-Vincent Latour (Toulouse 2)
-Michel Prum (Paris 7)
-Jean-Paul Révauger (Bordeaux 3)
Selective bibliography
Deborah Cohler, Citizen, Invert, Queer, Lesbianism and War in Early Twentieth-Century Britain, University of Mineapolis Press, 2010.
Jurgen Habermas, Écrits politiques, Cerf, Paris, 1990.
Thomas Hobbes, De Cive: the Latin Version. Critical Edition by Howard Warrender. Oxford, Oxford University Press, 1983
Thomas Hobbes, Leviathan, Oxford University Press, Incorporated, 1996.
David Hume, Essays Moral, Political and Literary, 1752.
Will Kymlicka, Multicutural citizenship, A Liberal Theory of Minority Rights, Oxford University Press, 1995
T.H. Marshall, Citizenship and Social Class, 1950.
John Stuart Mill, The Subjection of Women, London: Longmans, Green, Reader & Dyer, 1869.

Tariq Modood, Multiculturalism, citizenship and national identity, Open Democracy, 2007. http://www.opendemocracy.net/faith-europe_islam/multiculturalism_4627.jsp

Thomas Paine, A DIALOGUE BETWEEN GENERAL WOLFE AND GENERAL GAGE IN A WOOD NEAR BOSTON.1 -, The Writings of Thomas Paine,Collected and Edited by Moncure Daniel Conway (New York: G.P. Putnam’s Sons, 1894). Vol. 1.

J. Rawls, A Theory of Justice, Oxford University Press, 1972

Dominique Schnapper, Qu’est-ce que la citoyenneté

CFP : Femmes dans les Amériques

L’Institut des Amériques (IdA), en partenariat avec le Centre Aixois d’Etudes Romanes (CAER, AMU) et avec le soutien de SciencesPo Aix, du Laboratoire d’Etudes et de Recherche sur le Monde Anglophone (LERMA, AMU), du Laboratoire Interdisciplinaire de droit des médias et des mutations sociales(LID2MS, AMU) et du Centre d´Études Mexicaines et Centraméricaines CEMCA (CEMCA), propose, pour la 11e édition de son Congrès annuel, de réfléchir sur la thématique Femmes dans les Amériques. Il se tiendra du 4 au 6 décembre 2013 dans les locaux d’Aix-Marseille Université (Maison de la Recherche-Centre Schuman). Il se déroulera en français, en anglais et en espagnol et débouchera sur plusieurs publications à caractère international. 
Si les travaux sur le genre et les femmes ont largement marqué les sciences humaines ces dernières décennies, il s’agira ici, cinquante ans après la publication de l’ouvrage fondateur de Betty Friedan, Feminine Mystique, de proposer une approche croisant les domaines disciplinaires et les aires culturelles à l’échelle du continent, dans une perspective épistémologique résolument comparatiste entre le Nord et le Sud des Amériques et/ou transaméricaniste. Ce Congrès s’attachera à analyser les permanences et les mutations des rôles, des représentations et identités des femmes dans les Amériques, ainsi que la spécificité de l’aire culturelle des Amériques dans le questionnement sur le genre. Cette démarche comparatiste et transaméricaine orientera les conférences plénières et les Axes thématiques.
Toutes les infos sur le site : http://femmes-ameriques.blogspot.fr/

CFP Vernon Lee

Appel à communication
Université de Paris Diderot, UFR EILA
17-18-19 octobre 2013
ORACLE, SAGEF,
The Sibyl, Niama, Associazione Culturale Il Palmerino,
Advancing Women Artists
Les femmes et la pensée politique au XIXe siècle et dans la première moitié
du XXe siècle : Vernon Lee et les cercles radicaux
« Vernon Lee » (Violet Paget, 1856-1935) est aujourd’hui célèbre pour son  érudition exceptionnelle, la pertinence de ses analyses en matière d’histoire de l’art ou d’esthétique dans les champs de la musicologie, de la  littérature ou de la peinture, ses récits de voyage visant à capter l’essence des lieux, matérialisé pour elle par « l’esprit des lieux » (genius loci), ses études de la contemplation esthétique articulées autour de la notion centrale d’empathie, ses ouvres de fiction (nouvelles, romans), son théâtre, et même son engagement pour la défense de certaines causes comme la lutte pour la préservation du centre ville historique de Florence.Mais on connaît moins la femme libre et l’écrivaine engagée dont la pensée politique se caractérise par un radicalisme croissant au fil des années, la recherche d’une société idéale fondée sur l’égalité et la fraternité entre les peuples, et un militantisme actif au service de la paix en Europe et dans le monde.
Comme Phyllis F. Mannocchi l’indiquait récemment : « jusqu’ici, les recherches sur Vernon Lee se sont peu intéressées à l’évolution de ses idées politiques, devenues de plus en plus radicales au fil du temps. V. Lee met sa plume et sa notoriété au service de la cause des femmes, participe aux mouvements pacifistes, déploie son expertise en relations internationales. Radicalisme et internationalisme sont naturels pour cette polyglotte qui a vécu en France, en Allemagne, en Suisse, en Angleterre et en Italie. Après avoir exprimé son opposition à la Guerre des Boers (1899 – 1902), Vernon Lee écrivit de plus en plus souvent sur des sujets de société, politiques ou internationaux. Comment se fait-il que nous en sachions aussi peu sur les textes consacrés à ces sujets à la fin de sa vie ? » (Phyllis Mannocchi, colloque international de Florence Violet del Palmerino : Vernon Lee’s Cosmopolitan Salon, 1889-1935, Florence, 27-28 sept. 2012. Accessible : thesibylblog.com.)
Pour combler cette lacune, ce colloque aura pour objectif de mettre en lumière la pensée et l’engagement politiques de Vernon Lee et d’autres théoriciennes radicales, du XIXe siècle à la première moitié du XXe siècle, en relation avec les cercles radicaux britanniques, français, italiens suisses, allemands, de la période.
Les contributions pourront porter sur (liste non exhaustive) :
Alice Abadam
Annie Besant
Clementina Black
Irene Forbes-Mosse
Isabella et Emily Ford
Mathilde Hecht
Emily Hobhouse
Charlotte Perkins Gilman
Clémence Royer
Les axes souhaités pourraient être :
Vernon Lee et le socialisme
Vernon Lee et l’antisémitisme
Vernon Lee et le fascisme
Vernon Lee et le nazisme
Vernon Lee et le bolchévisme
Vernon Lee et l’Inde (Gandhi)
Vernon Lee et l’impérialisme
Vernon Lee et les relations internationales
Vernon Lee et le droit de vote des femmes
Vernon Lee et les relations entre les sexes
Vernon Lee et la place des femmes dans la société
Le pacifisme de Vernon Lee
Vernon Lee et la Guerre des Boers
Vernon Lee et la Première Guerre mondiale (et prémices de la Deuxième)
Vernon Lee et la vivisection
Vernon Lee et l’UDC (Union of Democratic Control)
Vernon Lee et le concert des nations (la Société des Nations.)
Vernon Lee et l’économie
Vernon Lee et l’Europe
Vernon Lee et l’affaire Dreyfus
Vernon Lee philanthrope
Vos propositions de communication (TITRE + environ 450 mots) devront être 
envoyées avant le 31 mai 2013 à
Michel Prum prum.michel(a)wanadoo.fr
Sophie Geoffroy geoffroysophie974(a)gmail.com
Call for papers
Women and Political Theory in the 19th and First Half of the 20th Century: 
Vernon Lee and Radical Circles
“Vernon Lee” (Violet Paget, 1856-1935) is well-known for her remarkable erudition, her sharp analyses of arts, music, and literature, her travel accounts uncovering the mysterious presence of the genius loci, her studies on aesthetic contemplation hinging on the central notion of empathy, her fiction (novels and short stories), her theatre work, and even her involvement in the defence of the city centre of Florence. But little is known about Vernon Lee as a free woman fighting against war, against imperialism, and campaigning for a society based on equal rights and universal brotherhood, and whose voice grew louder and louder in her struggle for peace in Europe and the world.
Indeed, as Phyllis F. Mannocchi declared in her Florence paper, 28 Sept. 2012 : “In the scholarship on Vernon Lee, not much attention has been paid to the fact that as she approached late middle age, Vernon Lee seemed to discover her voice as a political ‘radical,’ a supporter of women’s suffrage, a participant in the anti-war movement, and an expert in international relations. Vernon Lee’s ‘radical’ politics were ‘natural’ to her. After all, she was a ‘born internationalist,’ who had lived in France, Germany, Switzerland, England, and Italy, and was multi-lingual. After expressing her opposition to the Boer War (1899 – 1902), Vernon Lee began to write more often on social, political, and international issues. WHY is it that so little is known of her writing on these issues during this later period of her life?” (Phyllis Mannochi, International Conference Violet del Palmerino : Vernon Lee’s Cosmopolitan Salon, 1889-1935, Florence, 27-28 Sept. 2012. Accessible: thesibylblog.com.)
This conference will aim to further the knowledge on Vernon Lee’s and other women’s radical theories in the 19th and first half of the 20th century, in relation to contemporaneous British, Italian, French, Swiss, and German radical circles.
We invite contributions on:
Alice Abadam
Annie Besant
Clementina Black
Irene Forbes-Mosse
Isabella and Emily Ford
Mathilde Hecht
Emily Hobhouse
Charlotte Perkins Gilman
Clémence Royer
Favoured topics will include:
Vernon Lee and (Fabian) Socialism
Vernon Lee and Anti-Semitism
Vernon Lee and Fascism
Vernon Lee and Nazism
Vernon Lee and Bolshevism
Vernon Lee and India (Gandhi)
Vernon Lee and International Relations
Vernon Lee and women’s suffrage
Vernon Lee and women’s role in society
Vernon Lee and the relations between men and women
Vernon Lee’s pacifism: the Boer War; WWI; the coming of WWII
Vernon Lee and vivisection
Vernon Lee and the UDC (Union of Democratic Control)
Vernon Lee and the concert of nations (League of Nations)
Vernon Lee and economics
Vernon Lee and Europe
Vernon Lee and the Dreyfus affaire
Vernon Lee’s philanthropy
Please send your abstracts (title + about 450 words) before 31st May 2013 to
Michel Prum prum.michel(a)wanadoo.fr
Sophie Geoffroy geoffroysophie974(a)gmail.com
Comité scientifique/ Scientific Board
Françoise BARRET-DUCROCQ (université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité)
Florence BINARD (université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité)
Sophie GEOFFROY (université de La Réunion)
Guyonne LEDUC (université de Lille 3)
Phyllis MANNOCCHI (Colby College, Maine, USA)
Michel PRUM (université Paris Diderot, Sorbonne Paris Cité)
Shafquat TOWHEED (The Open University, UK)

CFP Caring about Social Interconnection

2nd workshop of the ‘ReValuing Care: Perspectives from Gender, Sexuality and Law’
1 – 2 September 2013
University of Adelaide, Adelaide, Australia.
Following on from the Resourcing Care workshop at Keele University in September 2012, Caring about Social Interconnection will take forward conversations about care from theoretical, conceptual, and empirical perspectives.
We invite papers which critically analyse how care has been, and is being, theorised, imagined and practised across a range of contexts in light of the following questions:
* How can the normative asymmetry of ‘care’ and ‘dependency’ be revalued to support more productive and egalitarian forms of social interconnection?
* How do concepts of embodiment, feeling, touch and emotion interact with regulatory and governmental understandings of social interconnectedness?
* What new perspectives on care, connection and value can be brought to bear through thinking towards future times and spaces?
* How are academics, activist and advocates able to imagine caring spaces for social connection in the face of austerity measures, the contraction of welfare support and increases in governmental surveillance?
Please submit a title, abstract and bio with contact details to christine.beasley(a)adelaide.edu.au and r.j.harding(a)bham.ac.uk, by 22 February 2013.
Contributors will be notified of acceptance by end April 2013.
Funding
A small contribution to help offset the cost of attending the Adelaide workshop will be available to support a limited number of UK participants. To apply for support, please send a 2 page CV and a letter of application by email to revaluingcare(a)keele.ac.uk by 22 February 2013.
Your letter of application should detail: the amount of support required, any other sources of funding available, the importance of attendance at the Adelaide workshop for your research plans, and the contribution that your research will make to the ReValuing Care network. Applications for financial support must be accompanied by an abstract submission, and be received by 5:00pm GMT on 22 February 2013. Applications for funding will be assessed on the basis of fit with the workshop themes and ‘need’, especially with regard to access to other sources of financial support to attend.
Further information and a downloadable pdf of the workshop call can be found on the revaluing care website

CFP Equality, Diversity, Inclusion 2013 Conference

Date:                      1-3 July 2013
Venue:                   Athens University of Economics and Business School
Closing Date:         15 February 2013
Conference theme:             social solidarity, equality, diversity and inclusion
Stream:                       Coalitions, space and solidarity in a heteronormative society
Track Chairs:
  • Fiona Colgan, Director, COERC, London Metropolitan University, UK  (f.colgan(a)londonmet.ac.uk)
  • Ruth Simpson, Director of Research and Deputy Head of School, Brunel Business School,Brunel University (R.Simpson(a)brunel.ac.uk)
  • Roswitha Hofmann, Sociologist/Diversity & Sustainability Research, Austria (office(a)uebergrenzendenken.at)
  • Aidan McKearney COERC, London Metropolitan University, (aidan.mckearney(a)londonmet.ac.uk)
Keywords: Coalitions, space, solidarity, heteronormativity, sexuality, gender, intersectionality
An extended abstract (500 words) should be submitted by February 15th, 2013.  Further information available here

CFP: Gender Renewal(s)? RCSL Congress

RCSL Congress Sociology of Law and Political Action – Working Group : Gender and Law

Toulouse, 3-6 Sept. 2013


Taking as a starting point the transformations of the nature, role, and place of law today, the objective of this workshop is to foster and promote debate on their gender implications. Therefore, and so as to conform with the main topic of the congress, papers strengthening the connections between law and politics and their gender consequences will be given preference. As an example, sociologists of law probably know better than most that the impact of the Arab revolutions on women gives a striking example of the interconnections that may exist between politics, law and women’s experience and highlights the ambivalence of political and legal changes when looked at through the gender lens. 
As this session will also symbolize the relaunch and a form of renewal for the Gender and Law WG, we would also like to set it up as an opportunity to map the body of knowledge and new or updated approaches to gender which are coming into being (e.g. intersectionality, globalization, transnationalism, super-diversity, etc.) and which may help reshape the WG for the coming years.
Keywords: Gender – feminist legal theory – intersectionality

The deadline of submission of abstracts for the ISA / RCSL International Congress 2013 is scheduled to February 15th, 2013, last deadline.

If you want to present a paper at the RCSL Toulouse Conference in September 2013, please, submit your paper proposal via the conference website (the “Submit” button is on the bottom of the page).

Contact: Barbara Bello and Alexandrine Guyard-Nedelec, genderwg(a)gmail.com

CFP – La vieillesse dans tous ses états

LA VIEILLESSE DANS TOUS SES ETATS : ENJEUX, PARADOXES ET PERSPECTIVES
REGARDS CROISES EN CIVILISATION ET LITTERATURE
Université Jean Moulin – Lyon III—Centre de recherche : I.E.T.T.
23-24 janvier 2014


L’IETT (Institut d’Etudes Transtextuelles et Transculturelles), centre de recherche de l’Université Jean Moulin – Lyon 3, compte parmi ses axes la thématique du passage. Le présent colloque, qui se veut transdisciplinaire et ouvert à toutes les aires géographiques, entend décliner cette problématique en proposant une réflexion sur la vieillesse, ses enjeux, paradoxes et perspectives. 

Dans l’une des plus célèbres tirades de l’œuvre shakespearienne, Jaques évoque les sept étapes qui, pour les Elisabéthains, se succèdent au cours de la vie d’un homme et dépeint la vieillesse comme une déchéance physique et mentale absolue, prélude au néant :
  [… ] Last scene of all,
That ends this strange eventful history,
Is second childishness and mere oblivion
Sans teeth, sans eyes, sans taste, sans everything.
As You Like It. II. vii. 163-166
Le discours du personnage, qui incarne certes la mélancolie, est fondé sur une conception de la vieillesse largement partagée dans la culture occidentale (P. Thane, The Long History of Old Age). En effet, l’Encyclopedia Universalis décrit cette période en des termes sensiblement identiques, comme le «[d]ernier âge de la vie se traduisant par la diminution de toutes les activités» et le Grand Robert de la langue française de préciser «[d]ernière période de la vie humaine normale, qui succède à la maturité, caractérisée par un affaiblissement global des fonctions physiologiques et des facultés mentales et par des modifications atrophiques des tissus et des organes». Ces définitions liminaires donnent une vision linéaire de l’existence, la décrivent comme un enchaînement continu d’étapes vers un déclin inéluctable, et suggèrent une évolution sans ascension possible vers un accomplissement de l’être humain. Néanmoins, cette conception de la vieillesse simplifie un processus qui s’avère plus complexe quel que soit l’angle d’approche scientifique choisiSi la mort vient mettre un terme à la vieillesse, dans une «vie humaine normale» (c’est-à-dire conforme à la longévité moyenne d’un homme ou d’une femme dans un environnement donné) et permet ainsi d’en déterminer l’aboutissement, il est en revanche beaucoup plus difficile d’en identifier le commencement et d’en caractériser le déroulement. En effet,  le découpage entre maturité, perçue comme un passage positif du temps permettant d’atteindre une plénitude des capacités intellectuelles (N. Delbanco, Lastingness, The Art of Aging), et vieillesse résulte aussi d’un construit social en évolution (H. Hazan,  Old Age: Constructions and Deconstructions). Dans quelle mesure le grand âge s’envisage-t-il comme le prolongement d’un processus où les individus, forts de l’expérience qu’ils ont acquise, exercent leur libre arbitre et leur esprit critique avec sagesse ou encore conquièrent une totale liberté, dont les manifestations confinent parfois à l’absurde (L. Carrington, The Hearing Trumpet? Ou bien au contraire le concept de maturité est-il condamné  à disparaître au profit du culte de la jeunesse (O. Wilde, The Portrait of Dorian Gray? Comment l’allongement régulier de l’espérance de vie (C.H. Friedman & L.R. Martin, The Longevity Project), qui a conduit le quatrième âge à succéder au troisième âge, change-t-il la donne et pose-t-il le problème de la dégénérescence et de sa gestion ?
Si le salarié de cinquante ans est d’emblée perçu comme âgé, la notion de vieillesse est donc, à l’évidence, avant tout affaire de représentations et implique des choix d’ordre idéologique, scientifique etsociopolitique (J.A. Vincent, Politics, Power and Old Age), qui s’expriment souvent sur le mode du paradoxe, et ce quelles que soient les cultures. A titre d’exemple, le chômeur de plus de cinquante ans est jugé inapte au travail dans l’ensemble des sociétés industrialisées, mais dans le même temps il voit l’âge de la retraite reculer. En outre, les soixante-cinq ans et plus s’inscrivent dans des liens intergénérationnels complexes, qui se transforment au gré des modifications des structures sociales et familiales. Si la prédominance de la cellule nucléaire a favorisé, à partir des années soixante, leur mise à l’écart, les retraités se voient aujourd’hui assignés de nouveaux rôles en raison des évolutions démographiques, économiques et sociologiques. Face à une population vieillissante, destinée à croître, les sociétés sont tenues de garantir des adaptations pour répondre à l’émergence d’un nouveau paysage humain, d’inventer des solutions, d’élaborer des politiques, et d’organiser de nouveaux modes de vie. Le présent colloque a pour objet d’envisager ces évolutions selon une perspective croisée, qui allie dimensions civilisationnelle et littéraire et qui s’articulera autour de trois axes principaux. Le premier s’intéressera à l’image de la vieillesse, perçue tantôt comme un âge mûr prolongé presque indéfiniment, tantôt comme un état auquel il est impératif de se soustraire, à travers notamment le mythe de l’éternelle jeunesse. Il permettra d’aborder les questions de la norme esthétique, du modèle social, du jeunisme, du rôle des médias, ou encore du genre (D. Looser, Women Writers and Old Age in Great Britain 1750-1850A. Blaikie, Aging and Popular Culture)Le deuxième considérera les conséquences de la déchéance physique et mentale propre à la vieillesse. Il conduira à s’interroger sur la dépendance, la ségrégation, l’exclusion, le rejet, dont l’euthanasie constitue la forme extrême, dans tous les domaines de la société. (I. MurdochBruno’s DreamT. Scharf & N.C. Keating, From Exclusion to Inclusion in Old Age: A Global Challenge)Le troisième envisagera le statut du vieillard comme passeur de mémoire. Il pourra s’attacher aux bouleversements des liens familiaux, et en particulier  à la question de l’autorité, mais aussi de l’héritage des valeurs sociales, transmises ou imposées. Les tensions qui résultent des relations entre générations ne sont-elles pas l’un des principaux ressorts de la comédie en même temps qu’un révélateur majeur du fonctionnement de la société (J. Vincent, The Futures of Old Age?

Délai d’envoi des propositions: 15 mai 2013.

Contacts:Muriel Cassel: muriel.cassel(a)univ-lyon3.fr
Geneviève Lheureux: gm.lheureu(a)wanadoo.fr


CFP- L’artiste dans la tourmente : la question de l’engagement 1880-1950

Colloque international – Université de Bourgogne
23 et 24 octobre 2013
Conférencière invitée : Marina MacKay, University of Durham
Ce colloque international et interdisciplinaire s’inscrit dans le programme de la quatrième année d’un projet de recherche PARI intitulé « L’ARTISTE, REPRÉSENTATIONS ET PRATIQUES », porté par le laboratoire du Centre Interlangues (EA-4182), le Conseil Régional de Bourgogne et la MSH de l’Université de Bourgogne.
Les propositions d’une longueur de 400 mots maximum sont à envoyer à :
francoise.bort(a)u-bourgogne.fr
benedicte.coste(a)u-bourgogne.fr
Date limite d’envoi des propositions : 15 février 2013
Acceptation des propositions : 10 mars 2013

CFP Atelier Sagef / Congrès SAES 2013

Appel à communication de la SAGEF pour l’atelier “Femmes, sexe, genre” du Congrès de la SAES qui aura lieu à Dijon du 17 au 19 mai 2013.

Pour la quatrième année consécutive, un atelier « femmes, sexe, genre » sera organisé lors du Congrès de la SAES. Le thème est « Appellations/Naming, Labelling, Addressing ».

La SAGEF propose de s’intéresser aux questions suivantes dans une perspective transhistorique, transdisciplinaire et transnationale. Il va de soi que la liste ci-dessous n’est pas exhaustive et que toute proposition en lien avec le thème est la bienvenue.

Qu’entend-on par femmes, sexe, genre?

« What’s in a name? » / Que signifie « nommer », catégoriser, identifier, étiqueter, conférer une existence etc.?

Dans quelles mesures les appellations, les noms façonnent-ils nos représentations, nos perceptions du genre, de la sexualité et plus largement de l’organisation sociale?

Peut-on nommer l’innommable ?  Comment nomme-t-on l’innommable? 
Comment nommer ce qui n’a pas de nom? Comment crée-t-on des néologismes?

Vulgarité, insultes genrées, quelle signification? Quel impact? 
Pourquoi se réapproprier des insultes? (ex: « Slut walks », « queer » « lezzie » etc.) / Acte militant? Quel impact? Quelle efficacité?

Que signifie l’adoption, par une auteure, d’un pseudonyme masculin/neutre ou par un auteur, d’un pseudonyme féminin ?

Formules de politesse : Mrs/Ms/Other – Madam/Lady/Dame – Gentlewoman/Gentleman, vers un effacement des classes sociales? Vers une binarité équitable? Vers un troisième genre? Vers la suppression du genre?

Quel sens donner à la variabilité du féminin, masculin et du neutre dans la langue anglaise d’une époque à l’autre ou d’un pays/d’une région à une autre? (ex: lads est genré masculin en Angleterre mais est neutre en Irlande)

Nous vous invitons à envoyer vos propositions de communication (400 mots maximum) accompagnées d’un court CV à la SAGEF : sagef(a)eila.univ-paris-diderot.fr d’ici le 25 NOVEMBRE, délai de rigueur.

Séminaire “Femmes et engagement” – UCP

L’UFR Langues et Etudes Internationales de l’Université de Cergy-Pontoise (UCP) met en place un séminaire « Femmes et engagement » à partir de janvier 2013. Parmi les multiples objectifs de ce projet, il s’agit de donner une visibilité et une légitimité aux études sur les femmes et le genre à l’UCP, qui fait partie de la Fédération de Recherche sur le Genre (RING), et de permettre aux chercheures et chercheurs de champs disciplinaires différents de croiser leurs approches méthodologiques autour des problématiques communes sur le genre. 
Ce séminaire se propose, dans une approche pluridisciplinaire et comparée, de mener une réflexion sur la spécificité de l’engagement des femmes au XXe et XXIe siècles. Il a pour objectif scientifique l’identification et l’analyse, sous le prisme conceptuel du genre, des formes plurielles de l’engagement des femmes au sens large, qu’il soit politique, syndical, associatif, professionnel, culturel, artistique ou littéraire. 
Thèmes envisagés : 
Origines de l’engagement 
Modalités de l’engagement 
Gouvernance genrée 
Femmes/guerres/révolutions/organisations politico-militaires 
Voix « alternatives » 
Nouvelles formes d’engagement 
Perspective littéraire et/ou artistique 
« Les femmes et la langue, les femmes dans la langue »
Interviendront dans le séminaire aussi bien des enseignants-chercheur-e-s appartenant à différentes UFR de l’UCP que des chercheur-e-s extérieur-e-s. 
Afin d’élaborer un programme de travail pour le semestre prochain, nous faisons donc appel à votre collaboration et vous remercions, si vous êtes intéressé-e-s, de bien vouloir faire parvenir vos propositions (statut, titre, résumé de maximum 10 lignes), pour le 30 novembre 2012. Un calendrier précis sera ensuite élaboré en fonction des thématiques, champs disciplinaires et géographiques abordés. 
Pour obtenir le texte de cadrage : 
Karine Bergès (MCF Civilisation Espagne XXe) : 
karine.berges(a)u-cergy.fr
Alexandrine Guyard-Nedelec (MCF civilisation britannique XXe) : 
alexandrine.guyard-nedelec(a)u-cergy.fr

CFP – JE Photo/femmes/nations

Appel à communication / Call for papers
Journée d’étude, 22 mars 2013
Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI)
Faculté des Langues et Cultures Etrangères
Université de Nantes

« Représentation des nations américaine et britannique dans la photographie de femme et les travaux contemporains de femmes photographes »

Cette journée d’études propose de prendre part à un événement interdisciplinaire rassemblant des chercheurs engagés dans l’étude de la photographie, dans les études de genre, les études culturelles, visuelles, l’art et l’histoire. La photographie de femme et les travaux de femmes photographes contemporaines seront considérés sous divers éclairages (que ce soit pour documenter, pour enregistrer des événements historiques, des changements sociaux, pour souligner des caractéristiques anthropologiques, sur fond de paysages naturels ou urbains, qu’il s’agisse de portraits, de scènes de crime, d’objets d’art contemporain ou d’outils publicitaires), illustrant et donnant voix à l’américanicité et à la britannicité, explorant les potentialités de la photographie pour définir ou recadrer la notion de nation.

Partant du postulat de Benedict Anderson selon lequel « les communautés doivent être distinguées, non par leur fausseté/authenticité, mais par le style selon lequel elles sont imaginées » (Imagined Communities, 1983), la représentation visuelle de la nation en photographie est cruciale pour comprendre l’idée de sentiment d’appartenance. Cette première journée d’études s’intéressera à l’interrelation entre identité nationale et représentation de la femme, ainsi qu’au rôle des femmes en tant que créatrices d’images engagées dans la compréhension/la perception/la formulation de la nation. Comment la photographie peut-elle construire/modifier/**déconstruire la nation et un sentiment d’appartenance corrélé ? Comment la photographie féminine/féministe peut-elle contribuer à/déconstruire ce sentiment d’appartenance ? Comment la nation est-elle représentée dans ces photographies de/par des femmes (iconicité, résonnances, femmes en tant que sujets/objets/modèles/muses sur- ou dé-esthétisés, etc.), et pour qui (l’autre, le monde, le citoyen, le soi) ?
L’hypothèse de la vérité photographique et de l’(im)possibilité même de la représentation sont souvent mises en question, puisque la représentation photographique est partiale, fragmentée et peut-être illusoire. Cette journée d’études se concentrera sur l’ambiguïté même de la photographie, sur le médium et l’environnement dans lequel elle se situe, sur l’intention consciente ou inconsciente des faiseurs ou faiseuses d’images, et sur les contextes divers qui mènent à des lectures multiples, tandis que le processus photographique reste constamment ouvert à l’expérimentation. La photographie est un mode de représentation créatif et technologique dont les hommes ou les femmes photographes américains et britanniques ont acquis la maîtrise, soulevant des questions essentielles et d’actualité, telles que la définition du genre et ses intersections avec la sexualité, la race, la classe, la nationalité.

Chaque photographie à laquelle nous sommes confronté est une image dynamique, polysémique, qui a sa propre intégrité, mais qui peut aussi être réinterprétée à travers de nouvelles connections et juxtapositions issues de l’expérience du spectateur, liées à sa mémoire, son sentiment d’identification nationale ou d’appartenance au genre féminin ou masculin, servant de filtre à travers lequel l’information visuelle est perçue (théories de la réception esthétique).

Les contextes sociaux, politiques et historiques participent de la construction et de la lecture de la nation telle qu’elle est articulée autour de la représentation des femmes. L’incarnation par la femme de la domesticité, avec l’évolution du rôle des femmes dans la sphère publique, ou le corps de la femme comme allégorie de la nation, sont-elles des notions encore recevables ou redéfinissables ? D’autres images de la nation incarnée par les femmes ont-elles émergées durant des moments spécifiques et sous certaines conditions : contre-culture des années 60, conservatisme des années Reagan et Thatcher, « Cool Britannia », après-11 septembre, « War on Terror » dans un climat anti-terroriste, etc. ?

Les orientations suggérées ici sont non-exhaustives et ne sont que des pistes possibles. Les propositions peuvent être diachroniques (s’intéressant à des périodes plus ou moins longues), synchroniques (études d’œuvres sérielles, individuelles, monographiques, pour illustrer des concepts plus larges selon des approches disciplinaires variées), ou comparatives (en particulier pour mettre l’accent sur les caractéristiques partagées entre photographie américaine et britannique).

Les propositions seront constituées d’un résumé en anglais de 300 mots et d’une courte note biographique à adresser à jane.bayl(a)univ-nantes.fr etjulie.morere(a)univ-nantes.fr avant le 15 novembre 2012.
———————————————
Workshop, 22nd March 2013
Centre de Recherche sur les Identités Nationales et l’Interculturalité (CRINI)
Faculté des Langues et Cultures Etrangères
Université de Nantes

“Representing the British and American Nations in Contemporary Photography of Women and Women Photographers’ Works”

This one-day conference is an opportunity to take part in an interdisciplinary event gathering researchers engaged in the study of photography, women, gender, cultural and visual studies, art theory and history. Photography of women and women photographers’ works will be considered in their various uses – whether it is to document, to record historical events, social changes, anthropological features; to depict landscapes, cityscapes, portraits, crime scenes; as contemporary art or as a marketing tool, etc. – picturing and voicing out Americanness and Britishness and exploring the potentialities of photography to define or reframe the nation.

In accepting Benedict Anderson’s postulate that “communities are to be distinguished, not by their falsity/genuineness, but by the style in which they are imagined,” (Imagined Communities, 1983), the visual representation of the nation in photography is critical in the understanding of belonging. This first conference will be interested in observing the interrelationship between national identity and representations of women as well as the role of women image-makers engaging in understanding/perceiving/**formulating the nation. How may photography build/modify/deconstruct the nation and a related sense of belonging? How can feminine/feminist photography contribute to/deconstruct this sense of belonging? How is the nation represented in these pictures of/by women (iconicity, resonances, women as over- or de- aesthecized subjects/objects/models/muses, etc.) and for whom (the other, the world, the citizen, the self)?

Assumptions of photographic truth and the very (im)possibility of representation are often questioned, as photographic representation is partial, fragmented, and perhaps illusory. The focus of this conference will be on the very ambiguity of the photograph itself, the medium/environment within which it is located, the image-maker’s conscious/unconscious intent and the various contexts which lead to multiple readings as photography is constantly open to experimentation. It is a creative and technological mode of representation that male or female pioneering photographers in the US and the UK have mastered, raising vibrant issues such as the formation of gender and its intersections with sexuality, race, class, nationality.

Every photograph that confronts us is a polysemous, dynamic image and has its own integrity but it can also be re-interpreted through new connections and juxtapositions related to the viewer’s experience, to his memory and sense of national identification/gender belonging, which serves as a filter through which visual information is understood (viewer response approach).

The social, political and historical contexts participate in the constructing and reading of the nation as articulated through representations of women. With the evolution of women’s role in the public sphere, is women’s embodiment of domesticity and the female body as allegory of the nation still prevalent and defining? Have other images of the nation through the embodiment of women emerged during specific moments and under certain conditions: the counter culture of the 60s, the conservative years of Reagan and Thatcher, “Cool Britannia” or post 9/11 and the “War on Terror”, etc.?

The orientations suggested here are non-exhaustive and should only be starting points. Proposals may be diachronic (charting short or long term trends), synchronic (focusing on case studies whether they are serial photography or single-image photography to illustrate wider concepts in various disciplinary fields), or comparative (especially to emphasize shared features which characterise UK and US photography).

We welcome 300-word abstracts in English to be sent together with a short biographical note via email to jane.bayly(a)univ-nantes.fr and julie.morere(a)univ-nantes.fr.

Deadline for submission: 15th November 2012

Fémininmasculin. Hier et aujourd’hui, ici et ailleurs

Appel à communications pour le colloque international FÉMININMASCULIN Hier et aujourd’hui, ici et ailleurs
6, 7 et 8 mars 2013, LIMOGES (FRANCE) 
Ce colloque est organisé par le réseau ALEC (Amérique Latine, Europe, Caraïbes) « Relations de genre et pratiques sociales », au sein du laboratoire de recherche FRED (FRancophonie, Education, Diversité) de l’Université de Limoges. 
Il s’inscrit dans une perspective pluridisciplinaire (histoire, anthropologie, éducation, sociologie, juridique, linguistique+) et une démarche empirique.
Tous les détails sur le site du RING 

LE DANDYSME ET SES REPRESENTATIONS

Appel à communications :
Journées d’étude organisées par le Centre Transdisciplinaire d’Epistémologie
de la Littérature (CTEL EA 6037), les 7 et 8 décembre 2012
UFR LASH – Nice Sophia Antipolis
« Le dandysme est l’affirmation de la modernité absolue de la
Beauté » (Oscar Wilde, Quelques maximes pour l’instruction des personnes

trop instruites)

Cliquez ici pour le texte de cadrage, la bibliographie sélective et les infos pratiques.

Call for Papers: Collisions, Coalitions and Riotous Subjects: The Riots one year on. A one-day conference

***New speakers added***

Over the past year, academics have brought critical perspectives to bear on the complex causes and consequences of the English riots of 2011. These interventions have unsettled the easy answers offered by politicians and the police. Important questions have been raised about the relationship between the riots and the increasingly hostile conditions of neoliberalism and Coalition policies, including: growing unemployment, rising tuition fees, the withdrawal of the EMA, cuts to Sure Start and an overhaul of welfare provision. On the 28th September 2012, The Weeks Centre for Social and Policy Research (London South Bank University) – in collaboration with the Institute for Policy Studies in Education (London Metropolitan University) – will host a one-day conference designed to interrogate the relationship between the Riots and re-shaped inequalities of race, class, place, gender, sexuality in a post-crash, austerity era. As we see protests and uprisings across Europe and beyond, this will be a moment to reflect more widely on the convulsions of contemporary capitalism.

The day will include plenary panels of guest speakers from across academia and public and political life, and a series of academic papers. Confirmed speakers include: Professor Les Back (Goldsmiths College); Professor Valerie Hey (University of Sussex), Professor Val Gillies (Weeks Centre for Social and Policy Research); Owen Jones (author of Chavs: The demonization of the working-class); Dr Lisa McKenzie (University of Nottingham); Ojeaku Nwabuzo (The Runnymede Trust); Dr Clifford Stott (Aarhus University, Denmark; co-author of Mad Mobs and Englishmen? Myths and Realities of the Riots 2011); Daniel Silver (Salford Social Action and Research Foundation); Gillian Slovo (Playwright, ‘The Riots’) and Tracey Gore (Director of the Steve Biko Housing Assoc., Liverpool). Attendees are invited to the evening book launch for ‘Educational Diversities’ (Palgrave, Edited by Yvette Taylor).

We welcome contributions from across the career stage and from a range of disciplines including sociology, media studies, geography, education, cultural studies and criminology. We are interested in traditional presentations, posters and other innovative formats.
Abstracts are invited on themes including but not limited to:
· Encounters, exclusions and (dis)contents in regenerated city spaces
· Families, ‘parental responsibility’ and welfare regimes
· Youth, educational aspirations and work futures in an age of austerity
· Policing, Stop and Search and race relations· Gendering the ‘rioters’
· Coalition policy responses to the riots 
· Sexual subjects: normativities and disruptions

Please submit proposed abstracts of up to 250 words (with contact details) to: abstracts.riotsconference(a)gmail.com Please save your abstracts with author name followed by Riots_2012. (e.g. Smith_Riots_2012). The deadline for submissions is Tuesday 5th June 2012.For more information please contact the organisers, Professor Yvette Taylor (Weeks Centre for Social and Policy Research), Dr Kim Allen, Sumi Hollingworth and Ayo Mansaray (London Metropolitan University) at enquiries.riotsconference(a)gmail.com Registration £75. Registration will be open shortly on the LSBU website. For updates you can also join our Facebook page. There are funded places for eight postgraduate students: four kindly sponsored by the Gender and Education Association and four by the British Sociological Association Youth Study Group for students studying in the areas of gender/ education and youth respectively. Please indicate if and why you would like to be considered for funding on your abstract.